Aller au contenu principal

L’atelier de découpe d'Ernée : une nouvelle étape pour Ecla 53

L’association Ecla 53, qui rassemble 27 éleveurs de viande bovine sous les marques commerciales : Cœur de Mayenne et Éleveur de Mayenne, inaugure, demain, son premier atelier de découpe à Ernée. Une nouvelle étape pour l’association, créée en 2017.

Éleveurs et responsable du projet se sont rassemblés vendredi 26 avril pour préparer l’inauguration de l’atelier. De gauche à droite : Jean-Louis Petit, responsable de l’association Elroc ; Caroline Guesdon, responsable qualité de l’atelier de découpe ; Sylvain Rousselet, président d’Ecla 53 et Yannick Vallée président d’Elroc.
Éleveurs et responsable du projet se sont rassemblés vendredi 26 avril pour préparer l’inauguration de l’atelier. De gauche à droite : Jean-Louis Petit, responsable de l’association Elroc ; Caroline Guesdon, responsable qualité de l’atelier de découpe ; Sylvain Rousselet, président d’Ecla 53 et Yannick Vallée président d’Elroc.
© RW

« On a décidé de créer un créneau de distribution pour valoriser nos animaux », explique Sylvain Rousselet, président de l’association Ecla 53. Demain samedi 4 mai, élus et éleveurs viendront inaugurer le tout premier atelier de découpe de l’association, à Ernée. Aujourd’hui, les 27 éleveurs produisent de la viande bovine pour les marques Cœur de Mayenne et Éleveurs de Mayenne, lancées en octobre 2018. « On ouvre cet atelier de découpe pour être plus réactif. Il sera à disposition des éleveurs qui souhaitent faire de la vente à la ferme ou bien pour leur consommation personnelle », indique Sylvain Rousselet. « On fera notre premier essai de fonctionnement le 20 mai et ensuite on partira sur environ deux animaux par semaine », explique Jean-Louis Petit, responsable de l’association Elroc.

Du haché et du piécé

L’atelier a reçu l’agrément européen pour faire de la découpe ainsi que du steak haché en vrac conditionné et sous barquette. « On a la chance d’avoir une machine qui peut faire à la fois du haché et du piécé, c’est plutôt rare dans le coin », décrit Jean-Louis Petit. Pour répondre à la demande des éleveurs, un chef boucher, une responsable qualité ainsi qu’un commercial ont été recrutés. « Je pense qu’on a trouvé les bonnes personnes avec qui travailler », confie le président d’Ecla 53.

Une viande plus éthique

« Le contexte économique des éleveurs est compliqué. On avait l’habitude de vendre sans savoir où les bêtes allaient être abattues ou la destination de la viande et parfois pas le prix payé. Avec Ecla on a voulu remettre de la moralité dans notre métier tout en rémunérant les éleveurs à hauteur de leurs coûts de production. Nos produits sont locaux, produits dans le respect de l’environnement et des animaux. C’est aussi une façon d’entretenir le bocage mayennais », souligne Sylvain Rousselet.

Garantir la qualité sanitaire des produits

La maîtrise de la découpe va permettre à l’association de produire de la viande d’une grande qualité sanitaire et de traçabilité des produits. Caroline Guesdon, responsable qualité, est très méticuleuse dans son travail : « Je vais m’assurer que chaque produit est conforme au niveau bactériologique, de la température et de l’emballage », explique la responsable. « On est sur un système de contrôle en continu, s’il y a un problème, je reçois une alerte sur mon téléphone », ajoute Caroline Guesdon.

La prochaine étape, déjà en vue

D’après Sylvain Rousselet, cette étape est loin d’être la dernière pour Ecla 53. Le collectif, approvisionne ponctuellement en viande bovine des restaurants mayennais, a de plus en plus de demandes. « La prochaine étape sera de développer notre démarche commerciale et obtenir des agréments pour ouvrir l’atelier à d’autres espèces. Les restaurateurs sont souvent demandeurs de viande de porc et d’ovins par exemple », ambitionne le président de l’association. « De plus, l’atelier est dimensionné pour ça », ajoute-t-il.

 

Un atelier pour les éleveurs

Les éleveurs intéressés par l’atelier de découpe d’Ernée (pour de la vente directe ou de la consommation familiale), peuvent joindre Caroline Guesdon, responsable qualité, au 02 43 13 27 12.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53