Aller au contenu principal

Marché porteur, dynamisme ligérien, mais fort enjeu de renouvellement des éleveurs

La crise laitière caprine de 2011 à 2013 a laissé des traces. La production française, en croissance ininterrompue jusqu’alors, a fléchi et depuis a des difficultés à retrouver les niveaux d’avant crise. Les Pays de la Loire s’inscrivent dans une forte dynamique.

© VG-Agri53

Même si la crise est passée par là, la production régionale a atteint son plus haut niveau en 2019 avec 103 millions de litres produits. Mais elle connaît, comme l’ensemble des productions agricoles, de vraies difficultés à renouveler ses éleveurs, malgré un marché porteur.

Une production dynamique

En 2018, 420 exploitations élevaient plus de 10 chèvres en Pays de la Loire, dont 320 livreurs. Conséquence de la crise, la région a perdu 20 % de ses livreurs entre 2012 et 2016. Depuis 2017, les installations sont un peu plus nombreuses, stoppant la baisse des livreurs. La région Pays de la Loire se caractérise par une forte orientation du lait livré en laiterie (95 % du lait produit), même si le nombre de producteurs fermiers a tendance à croître ses dernières années. Les principales laiteries françaises en lait de chèvre œuvrent dans la région : Eurial (branche lait d’Agrial), Lactalis, Terra Lacta (Savencia). La production s’est d’abord développée en Vendée et dans le sud du Maine-et-Loire, en débordement du Poitou-Charentes, une des régions historiques caprines. Puis progressivement, elle remonte vers le nord avec un développement récent en Mayenne et en Sarthe. Les Pays de la Loire se classent au deuxième rang national de production de lait de chèvre derrière la Nouvelle Aquitaine. C’est dans notre région que les tailles d’élevage sont les plus grandes (340 chèvres en moyenne par exploitation en 2018), en lien avec la forte proportion de lait livré en laiterie.

Fortes potentialités de marché

Longtemps orienté vers la seule production de fromages, le marché se tourne depuis quelques années vers l’ultrafrais (fort développement des yaourts). Avec une tendance : la consommation de fromages de chèvre en restauration hors domicile (Rhd) croît. Les exportations progressent également. Et le lait de chèvre bio se développe de façon soutenue. Il représentait 0,9 % des livraisons françaises de lait de chèvre en 2013 et 3,6 % en 2019. Les Pays de la Loire sont fortement tournés vers l’agriculture biologique : 28 % du lait de chèvre bio livré provient de la région, soit 4,9 millions de litres en 2019. Une quantité multipliée par 7 depuis 2013.

Fort enjeu de renouvellement

Dans 36 % des sites caprins ligériens, un exploitant a au moins 55 ans. Plus précisément, 16 % des sites sont à transmettre dans les sept ans et, au cours de la même période, 20 % des sites caprins auront à renouveler un associé (remplacement par une installation ou du salariat). L’enjeu du renouvellement est fort, particulièrement en Vendée. Comme le reste de l’agriculture, le secteur caprin souffre d’un manque de candidats, malgré une demande soutenue. Également, les structures à reprendre ne sont pas toujours en adéquation avec le profil des repreneurs (beaucoup d’individuels sur des projets en transformation fermière et vente directe ou bio).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53