Aller au contenu principal

« Le collectif : c'est l’Adn des agriculteurs »

Jeudi 10 septembre 2018, à Laval, la Fdsea réunissait son conseil fédéral de rentrée. Une rentrée sous le signe du collectif avec des débats autour des atouts apportés par le syndicalisme dans la défense de la profession et pour un meilleur partage de la valeur ajoutée. A retrouver dans votre Agri53 du vendredi 14 septembre

Philippe Jéhan, président de la Fdsea (au micro)
Philippe Jéhan, président de la Fdsea (au micro)
© VG

Conseil fédéral

Jeudi dernier, la Fdsea réunissait, à Laval, une centaine de ses adhérents pour son conseil fédéral de rentrée. Au menu : des débats sur la répartition de la valeur ajoutée et sur l’avenir de la profession.

« Le collectif est un vieux truc, mais c’est l’Adn de notre profession. » Pour Stéphane Guiouillier, président de la Chambre d’agriculture, « le collectif est ce qui permet de retourner la table, de bâtir des choses qui paraissaient inaccessibles. Alors, oui, il y a des raisons d’y croire, de croire en l’attractivité de notre métier, notamment en parlant positivement de notre métier et défendant, au quotidien, ce métier moderne, technique, passionnant. » Ces mots résument les interventions des débats de la soirée. Une soirée au cours de laquelle Jérémy Decerle, président national des JA, a insisté également « sur le collectif » via « le syndicalisme et le militantisme agricoles. Mais pour réussir, il faut aussi passer par des lois et un accompagnement politique qui nous aident à gagner de la valeur ajoutée, donc de l’attractivité. » Marie-Andrée Luherne, secrétaire générale adjointe de la Fnpl, après avoir rappelé le fonctionnement des négociations en cours au sein du Cniel, a souhaité que la loi post-Ega, avec les critères voulus par la Fnsea, aboutisse. « L’agriculture doit pouvoir faire vivre en premier les agriculteurs », a-t-elle déclaré, rappelant que « le plan de filière a été signé par tous — producteurs, transformateurs, Gms — en décembre dernier. Maintenant, il faut le mettre en œuvre. »

Autre intervenante, Carole Joliff, membre de la Fnp. Cette productrice de porcs dans les Côtes-d’Armor a rappelé toute l’importance du marché au porc breton (Mpb). Si elle juge qu’il « ne reflète pas la réalité », elle estime qu’il « faut le faire évoluer avec les organisations qui tournent autour ». Car « s’il s’arrête, nous n’avons pas de plan B ». Carole Joliffa a aussi indiqué la création en cours d’une organisation de producteurs (Op) dédiée aux porcs. « On a besoin de tous. C’est un dossier qui concerne tout le monde. »

Enfin, Eric Thirouin, secrétaire général de la Fnsea, a souligné l’un des rôles du syndicat : « faire en sorte que notre revenu s’améliore ». Et d’évoquer les réponses aux demandes sociétales. « Le consommateur veut une baisse des risques et des impacts des produits phytosanitaires ? Nous, nous avons décidé d’y répondre avec le contrat de solutions : 36 solutions que nous avons sorties en juillet dernier. »

Dans la salle, les propos ont des intervenants ont été plutôt bien accueillis. Même si des doutes ont été émis, notamment sur l’adéquation entre des décisions nationales et leurs incidences locales. Mais l’enjeu de la soirée était, certes le renforcement du collectif, mais également le dialogue.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53