Aller au contenu principal

« Il y a une grosse tendance pour le local, le fait à la ferme »

Installée à Livré-la-Touche, près de Craon, la ferme Colas est en conversion bio depuis mai 2019. Adhérents du réseau de producteurs Invitation à la Ferme, Léo Colas et ses parents se sont lancés dans la transformation et produisent cinq grandes familles de yaourts : étuvés, brassés, du riz au lait, des crèmes desserts et du fromage blanc.

Léo Colas gère la yaourterie avec un salarié. Ses parents, Florence et Hervé, s’occupent de l’atelier lait de la ferme.
Léo Colas gère la yaourterie avec un salarié. Ses parents, Florence et Hervé, s’occupent de l’atelier lait de la ferme.
© AF-Agri53

Après un Bts Acse au lycée agricole de Laval et une licence Métiers du conseil en élevage durant laquelle 8 à 10 mois de la formation se déroule aux Pays-Bas, Léo Colas a poursuivi sa formation en réalisant un stage de six mois en Russie, stage qui s’est prolongé par deux ans de salariat dans une entreprise française de matériel d’élevage possédant une antenne agroalimentaire avec vente de machines de transformation et du matériel de fromagerie. C’est de là que vient son intérêt à produire local. « Il y a une grosse tendance pour le local, le fait à la ferme » précise-t-il.

Valoriser la production

Mise en route début juin, la construction de la yaourterie de la ferme Colas a pris un peu de retard suite au confinement. Sur les 800 000 litres de lait produits par l’exploitation, 250 000 litres sont destinés à la transformation à la ferme. Une manière de valoriser la production de lait. « On distribue nos produits dans la restauration hors domicile et dans les GMS du sud Mayenne et du nord du Maine-et-Loire, jusqu’à Angers. Notre zone de chalandise s’étend sur 80 km autour de notre exploitation. On ne commercialise pas nos produits à Laval, car une autre ferme du réseau Invitation à la ferme est déjà présente sur le secteur, la ferme du Mariage à Voutré. On ne se fait pas de concurrence entre membres du réseau » explique Léo Colas.

Adhérents et actionnaires

 

L’adhésion au réseau Invitation à la Ferme facilite le lancement pour une exploitation qui souhaite s’engager dans la transformation. « On est adhérents au réseau et actionnaires. Au démarrage, il y a le concept, la possibilité de vendre en GMS. On a des volumes précis de vente. On ne part pas la fleur au fusil. On profite de l’expérience des autres fermes », explique-t-il. Deux références sont proposées par le réseau : Les Petits Fermiers, pour les fermes en conversion bio et Invitation à la ferme pour les exploitations en bio. « Le réseau Invitation à la ferme propose un packaging qui permet de se démarquer dans les rayons des GMS et de faire de bonnes ventes. C’est sur les industriels qu’il y a le plus de marge à gratter. On ne veut pas venir en concurrence des autres producteurs locaux », ajoute Léo Colas.

Force du réseau

Basé à Blain (Loire-Atlantique), le réseau Invitation à la Ferme a encore des places disponibles pour des producteurs souhaitant se lancer dans la transformation : « en fromage de vache, en glaces, en yaourts de brebis et de chèvres ou en fromage de brebis », détaille Léo Colas. Le réseau accompagne ses adhérents sous différents angles. « On se réunit quatre fois par an pour discuter des orientations du réseau. Il y a trois ingénieurs qualité pour suivre et accompagner les fermes du réseau. C’est un partage d’expériences. Au lancement, on est accompagné pour la construction du plan, le choix des artisans et des fournisseurs d’équipements. Cela permet de vraiment savoir où on va. On dispose d’un groupement d’achats pour les ingrédients et les emballages. Il y a une trame, avec une présentation identique pour les 37 fermes. On est également formé sur la partie commerciale, pour apprendre à démarcher les magasins. On est épaulé par un salarié qui gère la partie marketing pour la communication. C’est plein de choses qu’on ne pourrait pas faire tout seul ou pas aussi bien », conclut-il.

Le réseau Invitation à la ferme

Invitation à la ferme est un réseau de fermiers bio et indépendants. Créé en 2015, le réseau a vu le jour autour de trois fermes laitières bio déjà engagées dans la transformation : la ferme du Ptit Gallo (35), la ferme de la Futaie (85) et la ferme Peard (44). Actuellement, le réseau compte 37 fermes adhérentes au réseau dans tout le territoire français. Chaque ferme transforme son lait sur place en yaourts bio et fermiers, fromages ou glaces, qu’elle commercialise en circuit court et prioritairement en local dans un rayon de 80 km.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53