Aller au contenu principal

Fermes ouvertes : un bon cru 2019 !

Avec près de 13 000 visiteurs, l’édition 2019 des Fermes ouvertes de la Chambre d’agriculture de la Mayenne a rempli ses objectifs : partager les savoir-faire et le faire savoir !

L’inauguration des Fermes ouvertes 2019 s’est tenue vendredi midi au siège de la SCL de Montigné à Entrammes. Christine Verleur, associée avec son mari Jürgen, son frère Joël Belloir et Pascal Réauté, a expliqué l’évolution de l’exploitation et le souhait des 4 associés de transmettre l’activité à des jeunes d’ici quelques années.
L’inauguration des Fermes ouvertes 2019 s’est tenue vendredi midi au siège de la SCL de Montigné à Entrammes. Christine Verleur, associée avec son mari Jürgen, son frère Joël Belloir et Pascal Réauté, a expliqué l’évolution de l’exploitation et le souhait des 4 associés de transmettre l’activité à des jeunes d’ici quelques années.
© Vincent Gross

12 797 visiteurs. Une nouvelle fois, on peut dire que les Fermes ouvertes ont remporté un franc succès. Certes, il y a deux ans, plus de 15 000 personnes s’étaient déplacées, mais dans 24 fermes, contre 20 pour cette édition 2019. Dans le détail, la première salve, dans le nord Mayenne, avec une météo favorable aux semis de blé, a attiré 6 839 personnes. « On espère faire aussi bien aujourd’hui », lançait Bruno Rouland, vice-président de la Chambre d’agriculteur et coordonnateur de l’événement, lors de l’inauguration, vendredi midi à Entrammes. Pas tout à fait puisque les dix fermes ouvertes du sud Mayenne ont accueilli 5 958 visiteurs, sous une pluie quasi continue. « On a toujours un peu moins de visiteurs dans le Sud que dans le Nord », glisse Hélène Juin, responsable de la communication à la Chambre d’agriculture.

Positiver sur le métier


Au-delà des chiffres, ce qui prime c’est que ces deux journées ont permis aux agriculteurs « d’aller voir comment ces exploitations qui ont accepté de s’ouvrir améliorent leurs techniques, qu’elles soient économiques, environnementales ou sociales », comme l’a souligné Bruno Rouland. Et d’ajouter : « Aujourd’hui, on demande beaucoup aux agriculteurs. On leur demande de répondre aux demandes sociétales, ce qui est parfois compliqué. L’idée est donc d’aller voir sur les exploitations comment chacun met en oeuvre ses pratiques. L’idée est aussi de positiver sur le métier, même si ce n’est pas toujours facile aujourd’hui avec tout ce que l’on peut entendre et avec la conjoncture. Mais il y a des choses qui marchent et il faut les mettre en avant ».

Bien vivre ensemble


Pour le président de la Chambre, Stéphane Guioullier, ces fermes ouvertes sont l’occasion de « faire la promotion de notre métier et des agriculteurs en général. L’idée n’est pas de présenter des modèles ou des musées. Nous ne sommes pas dans le passé ni dans le tape-à-l’oeil. Nous sommes dans les exploitations d’aujourd’hui, avec des agriculteurs d’aujourd’hui. C’est cela qui nous importe ». Aussi, dans une période où le monde agricole est, à tort, pointé du doigt, « les fermes ouvertes montrent que, au-delà des extrêmes, des extrémistes et des paroles qui peuvent être dites, la réalité du terrain est tout autre, estime le président Guioullier. Cette réalité du terrain, poursuit-il, c’est celle de gens qui essaient de vivre dans leur milieu et qui essaient de
bien vivre ensemble : les agriculteurs entre eux, mais aussi avec leurs voisins, avec leurs riverains. » Une allusion non voilée à la Charte desriverains qui est en cours d’élaboration
« en Pays de la Loire et en Mayenne ». L’inauguration a été aussi l’occasion, pour le président de la Chambre d’agriculture, de marquer l’appartenance des agriculteurs aux territoires et leur implication dans la vie quotidienne de ces territoires. « Dans nos campagnes, il fait bon vivre ensemble… Nous sommes loin des grands messages et des grandes injonctions parisiennes. Nous, nous sommes sur le terrain. Et si nous pouvons encore travailler pour améliorer ce bien-vivre ensemble… C’est aussi un de nos objectifs. » Affaire à suivre avant le prochain rendez-vous des Fermes ouvertes qui, lui, devrait avoir lieu en 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53