Aller au contenu principal

Fdsea 53 : Philippe Jehan quitte la présidence

Lundi 25 février 2019, lors du conseil d'administration de la Fdsea, Philippe Jehan a annoncé qu'il cesserait ses fonctions de président juste après l'assemblée générale du syndicat, le 14 mars.

Philippe Jehan sur le rond-point du zoom, rebaptisérond-point de "La Honte", lors du conflit contre Lactalis en 2016.
Philippe Jehan sur le rond-point du zoom, rebaptisérond-point de "La Honte", lors du conflit contre Lactalis en 2016.
© Agri53

A bientôt 48 ans, et après 22 ans au service du syndicalisme, Philippe Jehan a choisi de se concentrer sur l’évolution de son exploitation et sur sa famille. « J’ai un de mes enfants qui va avoir 18 ans… et puis j’ai plein de projets pour mon exploitation agricole », confie-t-il.
C’est en 1996 que Philippe Jehan s’installe en Gaec avec ceux qui allaient devenir ses beaux-parents. Un an après, il devient président des JA de la Mayenne. « Sans les JA, je n’aurais jamais pu devenir agriculteur », estime celui qui envisageait, avant, une carrière dans le commerce et la grande distribution. Mais les JA, notamment Sandrine Georgeon, animatrice du syndicat, ont obtenu la dérogation permettant à Philippe d’embrasser la profession. « Il n’y avait plus de JA dans le canton. J’ai repris le flambeau et suis devenu président de canton, avant d’entrer au conseil d’administration, puis être élu président de JA 53. » Il restera 5 ans à cette présidence. « Stéphane Guioullier m’a succédé en 2002 quand j’ai été élu à la présidence de JA Pays de la Loire. »
En 2006, il quitte les JA, poussé par l’âge, et préside alors l’Adasea pendant 4 ans. « Nous aidions les jeunes à s’installer — un renvoi d’ascenseur en quelque sorte — et nous avions organisé le congrès national de l’Adasea. » En 2009, lorsque Florence Désillière prend la présidence de la Fdsea, il assume, pendant 4 ans, la fonction de secrétaire général. Puis, Florence, élue à la présidence de la Chambre d’agriculture de la Mayenne, lui laisse son fauteuil en 2014. Il sera également administrateur de la Fnsea. Un parcours assez linéaire, somme toute. Ponctué par des luttes syndicales.
Parmi ses souvenirs les plus marquants, le combat contre Lactalis en 2016. Pendant le mois d’août, le rond-point « de la Honte » sera occupé, aboutissant à un accord sur le prix du lait entre les producteurs de lait et le groupe laitier. Un quasi-face-à-face qui laissera des traces. « Chaque jour pendant ce conflit, je pouvais lire la détresse sur les visages des éleveurs et des membres de leur famille. Là, on se dit que les victoires syndicales sont petites, car souvent, le retour n’est pas immédiat. Il faut du temps et on laisse encore trop d’éleveurs en détresse. »
Autre moment fort, plus ludique, de ses 22 ans de syndicalisme : la finale de labour en 2001 à Bierné. Plus récemment, il y eut l’organisation réussie du congrès de la Fnsea à Laval du 30 mars au 1er avril 2016 « avec plus de 2 000 personnes » pour les 70 ans du syndicat national. Puis le 13 janvier 2017, avec la venue de Xavier Beulin, alors président de la Fnsea, en Mayenne, pour un débat autour des prix payés aux producteurs et des perspectives pour 2020. Le mois suivant, dimanche 19 février, Xavier Beulin disparaissait. « J’ai perdu un ami », déclarait alors Philippe, dans nos colonnes.

Philippe avoue n’avoir « jamais eu de culture syndicale » avant de s’engager avec les JA. Mais en cherchant bien, ses fonctions de délégué de classe, de président d’une association de jeunes dans sa commune, ou bien encore sa position de milieu défensif « teigneux » — comme il dit — ne sont sans doute pas étrangères à sa vie syndicale. Il faut de la volonté, de la hargne, de l’envie d’aller au bout, un collectif d’agriculteurs et toujours pour le bien de l’équipe. L’équipe, un mot qu’il porte haut. Et qu’il a porté jusqu’à la session de la nouvelle Chambre. « Nous avons mené une belle campagne, avec une belle équipe, des gens de talents, un beau collectif. » S'il prend du recul, il entend cependant « participer aux projets de la Chambre et au développement de la valeur ajoutée dans notre département ».

LETTRE OUVERTE

"J’ai adoré et continuerai à adorer notre réseau au service des agri53"

"A compter du 15 mars prochain, je ne serai plus votre président, mais la défense syndicale sera toujours notre leitmotiv. Je quitte la présidence mais pas le bateau Fdsea - JA qui est et restera pour moi, la seule organisation de proximité en capacité de défendre nos intérêts moraux et professionnels.
La défense du revenu reste au coeur du combat syndical. Notre syndicat avance pour le collectif, toujours les pieds sur terre. Notre pragmatisme, notre détermination et notre collectif permettent de construire brique par brique notre futur.
« Le monde bouge, bougeons », je souhaite pour l’avenir que nous renforcions notre collectif et que nous n’oublions pas que chasser en meute est l’unique condition de réussite.
« Seul nous allons plus vite, mais ensemble, nous allons plus loin ».
Sincères amitiés

Votre serviteur
Philippe Jehan

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53