Aller au contenu principal

Étiquetage : le dispositif reconduit

L'Europe a autorisé la France à prolonger le dispositif d'étiquetage obligatoire de l'origine de la viande et du lait dans les denrées alimentaires. « Une victoire syndicale » pour la Fdsea de la Mayenne.

© Réussir

La France a été autorisée à poursuivre l'étiquetage de l'origine de la viande et du lait dans les denrées alimentaires jusqu'au 31 mars 2020, a indiqué, le 26 décembre 2018, le ministère de l'Agriculture. Un décret, publié le même jour au JO, proroge le dispositif, en place depuis le 1er janvier 2017, qui rend « obligatoire l'indication de l'origine du lait ainsi que du lait et des viandes utilisés en tant qu'ingrédients dans les denrées alimentaires préemballées ». Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, appelle, dans le communiqué, à « un débat plus large sur cette question » qu'il va « porter au niveau européen ».

Adopté en mai par la Commission, mais jugé « trop flexible et vague » par le Copa-Cogeca, un règlement d'exécution, applicable le 1er avril 2020, fixe les modalités de l'étiquetage de l'origine de l'ingrédient principal d'un produit alimentaire lorsqu'elle est différente de celle indiquée pour ce produit. Mi-octobre, la Fnsea et la Coldiretti italienne avaient lancé une initiative citoyenne européenne en faveur de l'étiquetage de l'origine des produits agricoles. Fin septembre, Bruxelles avait enregistré une autre initiative intitulée « Eat original ! Unmask your food » (pour : « Manger original ! Démasquez votre nourriture », ndlr). Si, en l'espace d'un an, une telle initiative européenne recueille un million de déclarations de soutien, provenant d'au moins sept États membres différents, la Commission disposera d'un délai de trois mois pour réagir.

Pour Philippe Jehan, président de la Fdsea de la Mayenne, cette reconduction est une « énorme victoire syndicale de la Fnsea ». Il estime cependant que « ce dispositif incontournable afin de rassurer le consommateur aurait dû être conforté par les États généraux de l'Alimentation ». Il invite donc les « interprofessions à s'entendre pour faire plier les Gms ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53