Aller au contenu principal

Étiquetage : le dispositif reconduit

L'Europe a autorisé la France à prolonger le dispositif d'étiquetage obligatoire de l'origine de la viande et du lait dans les denrées alimentaires. « Une victoire syndicale » pour la Fdsea de la Mayenne.

© Réussir

La France a été autorisée à poursuivre l'étiquetage de l'origine de la viande et du lait dans les denrées alimentaires jusqu'au 31 mars 2020, a indiqué, le 26 décembre 2018, le ministère de l'Agriculture. Un décret, publié le même jour au JO, proroge le dispositif, en place depuis le 1er janvier 2017, qui rend « obligatoire l'indication de l'origine du lait ainsi que du lait et des viandes utilisés en tant qu'ingrédients dans les denrées alimentaires préemballées ». Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, appelle, dans le communiqué, à « un débat plus large sur cette question » qu'il va « porter au niveau européen ».

Adopté en mai par la Commission, mais jugé « trop flexible et vague » par le Copa-Cogeca, un règlement d'exécution, applicable le 1er avril 2020, fixe les modalités de l'étiquetage de l'origine de l'ingrédient principal d'un produit alimentaire lorsqu'elle est différente de celle indiquée pour ce produit. Mi-octobre, la Fnsea et la Coldiretti italienne avaient lancé une initiative citoyenne européenne en faveur de l'étiquetage de l'origine des produits agricoles. Fin septembre, Bruxelles avait enregistré une autre initiative intitulée « Eat original ! Unmask your food » (pour : « Manger original ! Démasquez votre nourriture », ndlr). Si, en l'espace d'un an, une telle initiative européenne recueille un million de déclarations de soutien, provenant d'au moins sept États membres différents, la Commission disposera d'un délai de trois mois pour réagir.

Pour Philippe Jehan, président de la Fdsea de la Mayenne, cette reconduction est une « énorme victoire syndicale de la Fnsea ». Il estime cependant que « ce dispositif incontournable afin de rassurer le consommateur aurait dû être conforté par les États généraux de l'Alimentation ». Il invite donc les « interprofessions à s'entendre pour faire plier les Gms ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53