Aller au contenu principal

Diminuer l’impact hydrographique dans les plans d'eau

Dans un contexte de restrictions d’eau sur le département de la Mayenne, suite aux différents épisodes de sécheresse durant l’été, le syndicat du Javo œuvre pour diminuer les impacts hydrographiques des plans d’eau.

Le Vicoin, à Saint-Berthevin, août 2019.
Le Vicoin, à Saint-Berthevin, août 2019.
© VG

En Mayenne, on dénombre plus de 15 000 plans d’eau et parmi eux, 1 191 plans d’eau sont situés sur le bassin du Vicoin. Ce nombre conséquent en fait le secteur avec la plus grande densité de plans d’eau des Pays de la Loire avec 1,8 plan d’eau par km2. Cette densité a une conséquence très forte sur l’hydrologie, car l’écoulement des cours d’eau est le plus souvent intercepté par les plans d’eau.

Il peut s’agir de très gros plans d’eau historiques, construits au Moyen-Âge pour des exploitations de forges, de plans d’eau construits dans les années 70, 80, 90, qui sont à vocation de loisirs, des plans d’eau sur carrière et des plans d’eau créés par des comités d’entreprise. L’irrigation sur ce secteur reste très marginale, avec aucun pompage déclarer sur le Vicoin. Les nombreux plans d’eau établis en barrage de cours d’eau ne redonnent pas le « débit réservé » et forment une succession de retenue d’eau qui a un fort impact sur le réseau hydrographique.

Assecs généralisés

Le syndicat du Javo dresse un constat : « la vie biologique des cours d’eau est mise à mal par des assecs généralisés des têtes de bassins versants. L’abreuvement des bovins n’est plus possible et on ne peut pas satisfaire à l’objectif qu’on nous impose de bon état écologique des masses d’eau qui découle de l’application de la directive européenne sur l’eau » explique Nicolas Boileau, technicien du syndicat du Javo.

Régularités des plans d’eau

La police de l’eau gère la régularité des plans d’eau. Les plans d’eau faisant barrage sur cours d’eau sont, le plus souvent, considérés comme non conformes, car il ne respecte pas le critère de « débit réservé ». Les prises d’eau et les plans d’eau en barrage entravant la continuité écologique, des aménagements sont donc nécessaires. Ces travaux, pour le bassin du Vicoin, le syndicat du Javo au travers du plan d’action 2020-2026, peut les prendre en charge, de l’étude à la réalisation. « Le programme de travaux pour les six prochaines années va être écrit. Dans ces actions il y a une politique sur les plans d’eau et la reconquête des zones humides. Ce programme d’action va passer en enquête publique. Le propriétaire riverain ne paye rien dès lors qu’il accepte les travaux », précise Nicolas Boileau. Un argument non négligeable pour des propriétaires qui héritent de plans d’eau et les considèrent davantage comme une charge.

Mise en conformité

 

Suivant les résultats des études, les travaux peuvent prendre différentes natures : contournement pour rendre la continuité écologique au plan d’eau, rebouchage d’un plan d’eau envasé… « Tous les plans d’eau sur lesquels on est intervenu jusqu’à présent étaient notamment communaux donc c’est plus simple. Le plus souvent des plans d’eau en barrage, totalement envasé. Sinon, ce sont directement les propriétaires qui sont venus nous voir. Tous nos travaux sont déclarés d’intérêt général, mais on ne les impose pas aux propriétaires », ajoute Nicolas Boileau. Quelle que soit la nature des travaux, chacune a pour objectif de diminuer les impacts hydrographiques de plans d’eau du bassin du Vicoin. « On se saisit des opportunités quand il y a des enjeux importants, on conduit des études. Un euro dépensé doit si possible amener un gain écologique rapide et perceptible », précise Nicolas Boileau.

Sécurité des ouvrages

Suite aux évènements de juin 2018, la préfecture s’est saisie de la sécurité des plans d’eau. La plupart des plans d’eau n’étant pas munis de surverses de sécurité, en cas de gros orages, les digues peuvent céder. Un problème d’autant plus important lorsque des habitations sont construites en dessous des plans d’eau. Des travaux de mise en conformité qui peuvent également être conduits, sous certaines conditions, par le syndicat du Javo.

 

 

 

ENCADRE DANS ENCADRE

Contact

 

 

 

Légende :

Au premier plan, Robert Geslot, président du syndicat du Javo puis de gauche à droite : Christian Raimbault, vice-président, en charge du bassin du Vicoin, Louis Michel, vice-président, en charge du territoire des affluents de Laval et Nicolas Boileau, technicien du syndicat du Javo. AF

Le syndicat du Javo (Jouanne-Agglo Laval-Vicoin et Ouette)

Depuis le 1er janvier 2019, la compétence Gemapi (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) est exercée par le Syndicat du Javo basé a Changé.
Ce syndicat de bassin regroupe les anciens syndicats de la Jouanne, du Vicoin, de l’Ouette et les affluents de la Mayenne dans le territoire de Laval Agglo. Ce syndicat est dirigé par 27 élus désignés par les collectivités adhérentes. Il dispose d’un service technique et administratif. Le Javo poursuit les actions entamées par les précédents syndicats dans la restauration écologique des cours d’eau et des zones humides afin d’atteindre le bon état écologique fixé par la directive cadre sur l’eau à échéance de 2025. Ainsi, le programme 2014-2019 initié par le bassin de la Jouanne et du Vicoin se termine, avant d’être reconduit dans une programmation de travaux à l’échelle du Javo (900 km²) pour la période 2020-2026. Les actions sur les ouvrages hydrauliques, sur la restauration du lit et des berges, des zones humides, la lutte contre les plantes envahissantes, le retrait des embâcles, et, d’une manière générale, la protection des cours d’eau, seront poursuivies.

Syndicat du Javo, Parc Technopolis, bâtiment D, rue Louis de Broglie, 53 810 Changé.
Téléphone : 09.77.58.11.83
Mail : sb.javo@orange.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53