Aller au contenu principal

Dégâts de sangliers : 10 ha de prairies retournés

Mercredi matin, une délégation de la Fdsea s’est rendue dans plusieurs parcelles de l’exploitation de Jean-Charles et Jean-Paul Chauvin, à Montenay. Objectif : constater, avec les éleveurs, les importants dégâts causés par les sangliers.

Plus de 10 ha de prairies ont été retournés par les sangliers. Jean Charles Chauvin demande des actions d’urgence et d’envergure pour enrayer la prolifération des sangliers.
Plus de 10 ha de prairies ont été retournés par les sangliers. Jean Charles Chauvin demande des actions d’urgence et d’envergure pour enrayer la prolifération des sangliers.
© RD

« J’ai plus de 10 hectares de prairies qui ont été retournés par les sangliers, constate Jean-Charles Chauvin. Ce sont des parcelles que l’on avait ressemées au printemps. C’est la même chose dans les maïs. Cette année, j’ai semé 3 fois du maïs dans la même parcelle de 2 ha. Premier semis au 15 avril. On a ressemé début mai, puis fin mai début juin. »

Installé avec ses parents en Gaec à Montenay, il exploite également des terres à Chailland. Le constat est le même : les sangliers s’attaquent à ses parcelles. Le phénomène n’est pas nouveau. « Nous avons des terres en bordure de la forêt de Mayenne et de plants de miscanthus. On comprend qu’il y a des sangliers. Mais le problème s’est amplifié depuis 4 à 5 ans. Et cette année, c’était le pire. Ce sont des bandes de 50 sangliers qui retournent tout ! »

Face à l’étendue des dégâts, JeanCharles Chauvin s’est décidé à alerter la Fdsea de la Mayenne. « Je sais que nous sommes dans un des secteurs de la Mayenne les plus touchés par les sangliers, mais il faut trouver une solution. » Car au-delà du constat, il y a l’aspect économique : le travail de ressemis entraîne des coûts (semence, temps de travail, carburant), des récoltes retardées donc des rendements inférieurs, des achats de fourrages pour compenser les pertes, etc.. Sans compter que cela mine le moral. « Quand vous rentrez de journées d’ensilage chez les voisins et que vous constatez que votre parcelle est dévastée, je peux vous dire que ça met le moral à zéro!» Il demande donc une solution d’urgence pour que d’importants prélèvements soient effectués, au plus vite, dans ces hardes de sangliers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53