Aller au contenu principal

Corvidés dans les maïs : tirs autorisés

Mardi dernier, la Fdsea a envoyé au préfet une demande de dérogation à l’interdiction de tirs des espèces nuisibles.

Corvidés dans les semis
Corvidés dans les semis
© EA

L’idée de cette demande de dérogation est de «tout mettre en œuvre pour éviter les fortes attaques des corvidés » alors que le préfet de la Mayenne a interdit, par arrêté le 30 mars dernier, la destruction des nuisibles. Pourtant, chaque année, corbeaux freux et corneilles noires font des dégâts dans les parcelles de maïs, consommant « les graines dès le semis, jusqu’au stade 4-5 feuilles, voire parfois jusqu’au stade 7-8 feuilles ». Des dégâts qui, parfois, conduisent les agriculteurs au resemis, « donc à des pertes économiques considérables ». Si des effaroucheurs existent, leur efficacité est jugée par la Fdsea comme « décevante suite à une accoutumance rapide des oiseaux ». Le passage humain, régulier, avec la possibilité de tirer à vue, « reste le moyen le plus efficace pour éviter une installation de ces nuisibles sur la parcelle ». Le syndicat a donc sollicité auprès du préfet Jean-Francis Treffel « que les agriculteurs puissent tirer à vue, dès que jugé nécessaire », les corbeaux freux et les corneilles noires « dans leurs parcelles ». Aussi, « afin d’accompagner les actions de régulation individuelles ponctuelles », le syndicat demande que « des actions collectives » avec un minima de six fusils, « sur un large périmètre puissent être conduites par des chasseurs et piégeurs agréés du réseau Polleniz ». Suite à cette sollicitation auprès des services de l’État, la préfecture a acté par un arrêté en date du 15 avril, une dérogation aux tirs de corvidés : « tout bénéficiaire d’une autorisation préfectorale de destruction à tir de la corneille noire et du corbeau freux pour la campagne 2020 est autorisé à réaliser les tirs à condition d’être seul. Toutefois lorsque les populations de ces espèces sont importantes, le bénéficiaire peut s’adjoindre au maximum 2 tireurs choisis parmi les personnes listées sur son autorisation » précise l’article 2 de l’arrêté. L’imprimé de demande d’autorisation de destruction à tir de corvidés pour la campagne 2020 est disponible sur le site internet de l’État. Il peut être adressé dûment complété par voie dématérialisée et transmis à l’adresse suivante : ddt-seb@mayenne.gouv.fr

Réaction de Claude Charon, référent dégâts de gibier à la Fdsea de la Mayenne

"Depuis trois semaines, un certain nombre d’agriculteurs s’inquiètent sur le département pour les corbeaux. Si rien n’est fait pour lutter contre eux, ce n’est pas la peine de semer du maïs. Il faut anticiper avant que les semis ne soient terminés car quand les corbeaux descendent sur une parcelle de maïs, ils font très vite beaucoup de dégâts. Donc il nous faut des outils pour lutter contre. D’autant plus que les dégâts de corbeaux ne sont couverts par aucunes indemnités. C’est une perte sèche pour eux. La Fdsea, la Chambre d’agriculture, Polleniz et la Fédération des chasseurs tirent dans le même sens pour avancer sur ce dossier pour lequel nous avons fait une demande auprès de la préfecture. Au travers du réseau de Polleniz, nous avons une force de frappe exceptionnelle. Ce qui se pratique d’habi-tude, c’est que chaque référent communal de Polleniz dispose d’une attestation avec au minimum six fusils enregistrés et opérationnels sur chaque parcelle. Il faut être prêt dans les jours qui viennent car les dégâts vont arriver".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53