Aller au contenu principal

Caroline Loysance : le drive fermier est "l'occasion de trouver des débouchés supplémentaires"

Le Drive Fermier 53, né en 2013, est une association de producteurs de la Mayenne qui offre la possibilité d’acheter des produits fermiers locaux via internet. Cette initiative est portée par le réseau Bienvenue à la ferme de la Mayenne. Caroline Loysance, agricultrice à Larchamps témoigne de son expérience.

© LC - CA53

Pouvez-vous présenter vos produits ?

Caroline Loysance : Je suis installée depuis 2002 en production lait de chèvres et depuis 2015 pour la transformation en fromages puis les yaourts depuis mi 2017. Mon mari quant à lui était en charge des vaches laitières dont il a cessé la production en 2019 pour me rejoindre en chèvres. L’exploitation compte aujourd’hui 400 chèvres et 50 hectares, essentiellement pour les céréales et le foin à destination des chèvres. >> Pourquoi avez-vous rejoint le Drive ? C. L. : Il y a 4 ans, j’ai souhaité rejoindre le Drive fermier, car c’était l’occasion de trouver des débouchés supplémentaires tout en conservant une vraie proximité avec le client, en suivant le principe de la vente directe sans intermédiaire. Nous sommes une association de bénévoles donc il y a de la vie de groupe avec une nécessaire cohésion et la possibilité de travailler avec d’autres producteurs, de sortir de son isolement. >> Quels en sont les bénéfices ? C. L. : Le Drive fermier 53 permet d’être plus connue sur Laval, la communication plus ciblée est gérée par l’association. On développe ainsi notre clientèle avec certains qui sont désormais fidèles et commandent des lots importants chaque semaine. >> Quelles sont vos perspectives au sein du Drive ? C. L. : La gamme a déjà été bien travaillée. Au début j’avais surtout les fromages dont les frais sont déclinés avec neuf épices différentes puis les yaourts qui comptent aujourd’hui 13 parfums. Afin de toujours m’adapter à la demande des clients, je propose désormais des lots de 6 et façonne des bouchées de fromage frais pour l’apéritif. >> Covid-19, comment vous adaptez-vous ? C. L. : Si le respect des règles d’hygiène est majeur dans notre production, les mesures ont été renforcées. En effet, nous portions déjà charlotte, blouse et gants et depuis mi-mars, le masque est systématique. Le rythme de production est très soutenu afin de répondre à la demande. Nous sommes soucieux de répondre à la demande des clients pour leur prouver l’intérêt qu’ils ont à consommer en direct de nos exploitations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Mouvement syndical : 150 tracteurs défilent à Laval

En Mayenne, 150 tracteurs ont pris la route, hier jeudi 25 janvier, depuis Laval, ralentissant les flux routiers et…

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

La colère a ses raisons

Dimanche 21 janvier, une rencontre a eu lieu entre la FDSEA, les JA de la Mayenne et la préfète du département. L’…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53