Aller au contenu principal

Calamités agricoles sécheresse : aucune indemnisation

La nouvelle est tombée hier, jeudi 10 décembre : les agriculteurs mayennais ne seront pas indemnisés pour la sécheresse de 2020.

Parcelle de maïs en septembre 2020.
Parcelle de maïs en septembre 2020.
© VG

Dans un communiqué de ce vendredi 11 décembre, la Fdsea de la Mayenne s'insurge contre la décision de l'Administration de ne pas indemniser les agriculteurs mayennais des conséquences de la sécheresse de 2020.

Pourtant, "le constat est sans appel : la Mayenne a connu en 2020 un épisode de sécheresse dramatique pour notre agriculture, en particulier pour les éleveurs qui ont accusé des baisses importantes de leur production fourragère annuelle et qui tentent encore aujourd'hui de pallier les manques", rappele le syndicat majoritaire. Soulignant que "la profession agricole avait alerté le Préfet et ses services pour engager une procédure « calamités agricoles sécheresse » sur le département". Une ouverture de reconnaissance avait eu lieu le 30 juillet, suivie d'une mission d'enquête sur le terrain le 13 août "pour définir des taux de pertes sur prairies et maïs, et proposer un zonage géographique estimé comme le plus impacté par la sécheresse".

Jeudi 10 décembre, le Comité départemental d'expertise a reconnue "des taux de perte de rendement considérables sur la zone Est/Nord-Est (zone retenue) - sur prairie entre 34 et 49 % et sur maïs fourrage entre 22 et 43 % - attestant les relevés faits par la mission d'enquête". Mais pour l'Administration, ces pertes sont insuffisantes : "pour pouvoir bénéficier d'un arrêté de reconnaissance et d'une possibilité d'indemnisation, il faudrait avoir un déficit de 990 unités fourragères (UF) par équivalent vache laitière (EVL). Or, le déficit atteint seulement les 567 UF/EVL".
Pour la Fdsea 53, cela signifie que "si 90% de perte de rendements de maïs fourrage et 45% de perte sur prairies ne sont pas atteints, aucune reconnaissance de calamité agricole et pas d'indemnisation possibles !" Ce sont "des chiffres sortis d'une usine à gaz ou la théorie semble venir prendre le dessus sur la réalité du terrain. Cette même théorie bureaucratique, qui décrète par exemple un plafond de production fourragère mayennaise moyenne bien en deçà de la réalité et qui vient mathématiquement plomber le taux de perte calculé cette année...", s'insurge la Fdsea.

Le syndicat rappelle pourtant les propos du  ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, le 14 aoput dernier : "il y aura des territoires déclarés en calamités agricoles, avec des solutions financières mises en place. J'y serai très vigilant ! ». Lui demandant de "renfiler les bottes et venir faire preuve de vigilance en Mayenne..."

Le communiqué de la Fdsea est téléchargeable ci-dessous

K2PFPSEQ_1.pdf (880.93 Ko)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53