Aller au contenu principal

287 bovins pour la première !

Mardi 4 le nouveau foirail de Château-Gontier faisant ses premières ventes. Une belle inauguration puisque les apporteurs ont mis, dans les 24 parcs, 287 bovins.

Le nouveau foirail a ouvert mardi 4 septembre avec un premier marché à 14h.
Le nouveau foirail a ouvert mardi 4 septembre avec un premier marché à 14h.
© VG

Il y avait foule, mardi, pour l’ouverture inaugurale du nouveau foirail de Château-Gontier et de son nouveau (lui aussi) marché aux broutards, gros bovins et aux veaux du mardi. Les remarques allaient bon train pendant que les animaux descendaient des camions. « C’est un bel équipement », notait un ancien habitué du marché de Fougères. « Désormais, nous viendrons le mardi, ici, à Château-Gontier. C’est comme cela. L’agriculture évolue et tant que l’on peut conserver un marché de gré à gré… Que cela soit à Fougères ou ici ! » Comme lui, les « anciens » de Fougères sont venus, « pour voir et éventuellement acheter… », mais aussi des habitués de Châteaubriant.

Le maire de Château-Gontier, Philippe Henry, dans une courte allocution sur fond de beuglements, a souligné « le moment historique » que constitue « l’ouverture d’un marché le mardi aux broutards et gros bovins. Nous ouvrons un nouveau chapitre du monde agricole avec ce lieu de cotation ici, à Château-Gontier. » Il notera cependant le petit couac, celui du terrain glissant pour les bovins. « Le sol est lisse, en résine, conformément aux normes sanitaires. Nous allons remédier à la problématique de manque d’adhérence pour la semaine prochaine aux glissades en installant des tapis antidérapants. Aujourd’hui, c’est la phase de tests grandeur nature. Nous ne pouvons qu’apporter des améliorations. »

D’ailleurs, dès mercredi, des tapis étaient trouvés. « Ils seront installés pour mardi prochain à la descente des camions et dans les couloirs d’alimentation des parcs », nous précisait Jean-Jacques Gendry, responsable du marché. Un organisateur ravi de cette première édition. « Nous avions 27 opérateurs, vendeurs ou acheteurs », et surtout « 270 broutards et gros bovins, ainsi que 17 veaux ». Bref, résume-t-il « un beau panel de bovins, dont 3 génisses amouillantes, un beau taureau… »

Quant aux prix, « ils ont été équivalents à ceux de la semaine précédente à Cholet ou à Châteaubriant, d’après les observateurs de FranceAgriMer venus sur place », souligne Jean-Jacques Gendry. Il reste désormais à transformer l’essai…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53