Aller au contenu principal

Valoriser la séquestration de carbone par les haies

Solenat lance la rémunération des services environnementaux en Pays de la Loire. Le premier partenariat pour la compensation carbone a été signé mardi, en Mayenne, avec un éleveur et une entreprise du département.

© VG

l Solenat, nouvelle association régionale (lire l'encadré), vient de s'engager dans un programme de compensation carbone sur 5 ans avec une entreprise de distribution d'emballages pour les métiers de bouche, MB Pack, basée à Vaiges. L'objectif est de compenser les émissions de gaz à effet de serre des véhicules de la société par la séquestration de carbone dans les haies de plusieurs exploitations agricoles. Concrètement pour les agriculteurs engagés, dont Christophe Bouvet, éleveur de Blondes d'Aquitaine à Évron (lire l'encadré), cela consiste à réaliser un diagnostic des haies et un plan de gestion durable.

Ce dernier prévoit les interventions à réaliser sur l'ensemble du linéaire de haies : plantations, taille, regarnissage. En contrepartie, ils perçoivent une rémunération en fonction des quantités de carbone stocké. L'association Solenat réalise l'accompagnement des agriculteurs, le suivi, et en rend compte à l'entreprise. Ce premier partenariat porte sur une quantité de 45 T de carbone par an, et est voué à être reproduit avec d'autres entreprises régionales. Cette démarche appelée « Carbocage » s'inscrit dans le cadre de la méthode haies, qui vient d'obtenir la labellisation bas carbone par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Elle permet d'améliorer la gestion des haies, de quantifier le carbone stocké par des haies gérées durablement, et de vendre des crédits carbone à des entreprises souhaitant compenser leurs émissions au prix de 80 EUR/T.

Cela n'est pas incompatible avec l'exploitation des haies : même si une partie des résidus de taille sont exportés, la haie stocke du carbone dans les racines et les feuilles qui sont restituées au sol. C'est cette quantité de carbone qui est évaluée et rémunérée sur 5 ans renouvelables. « Nous sommes convaincus que les entreprises doivent être des acteurs du changement » martèle Laurent Lemarchand, codirigeant de MBPack. « Pour nous, cela signifie maîtriser l'impact de nos produits. Nous avons réduit les déplacements de nos commerciaux, et avec ce projet nous allons compenser les émissions. Nous consacrons chaque année 25 000 EUR à des projets environnementaux. La méthode Carbocage nous intéresse, car elle apporte des solutions localement, cela fait sens pour nos salariés. Et la labellisation bas carbone apporte la crédibilité du dispositif. Nous espérons être précurseurs et emmener d'autres entreprises avec nous. »

L'agriculture source de solutions

« L'agriculture a des solutions à apporter pour les enjeux de la biodiversité, du climat, de la qualité de l'eau », explique Michel Dauton, président de Solenat. « Nous avons créé Solenat pour organiser le lien entre les agriculteurs, les entreprises et les collectivités, de façon à valoriser économiquement ces services apportés à l'environnement. Aujourd'hui nous signons un premier partenariat sur la gestion des haies. En parallèle, nous accompagnons plus de 150 éleveurs bovins dans la démarche Carbon Agri en lien avec France Carbon Agri. » Anthony Ménard, vice-président, précise : « Nous poursuivons le travail pour apporter une rémunération complémentaire aux agriculteurs qui souhaiteront s'engager sur différents enjeux (climat, biodiversité, eau), et pour faire reconnaître leurs efforts. Notre prochain projet porte sur la protection des pollinisateurs ».

Le Conseil régional aux côtés de Solenat

Laurent Gérault, conseiller régional en charge de la transition énergétique et de l'environnement, exprime le soutien du Conseil Régional aux projets de l'association. « Le changement climatique doit être au coeur des politiques agricoles, économiques et des collectivités. Le projet de Solenat s'inscrit pleinement dans cette démarche, et dans l'objectif bas carbone de la région à horizon 2040. Ce projet sur les haies, en particulier, permet d'intervenir à la fois sur le changement climatique, sur la biodiversité liée aux haies et la préservation de l'eau. La méthode est innovante, car elle crée du lien entre les acteurs du territoire : entreprises, agriculteurs, collectivités. »

La Mayenne : objectif 1er département bas carbone de France

La Mayenne est un département où l'élevage bovin et le bocage sont très présents. « Avec 31 000 km de haies dans le département, les éleveurs ont du potentiel pour séquestrer du carbone et le valoriser », explique Florent Renaudier, président de la Fdsea 53. La signature de ce partenariat sur ce territoire fait sens, comme l'explique Olivier Richefou, président du Conseil départemental de la Mayenne : « Nous avons l'ambition d'être le premier département bas carbone de France. Nous n'y arriverons pas seuls, mais avec le monde agricole ! Je fais le voeu que de nombreux autres partenariats voient le jour pour y parvenir »

Christophe Bouvet, premier agriculteur engagé dans le projet Carbocage

Eleveur de blondes d'Aquitaine à Évron, sur 170 ha, avec son épouse et bientôt un jeune associé, Christophe Bouvet vient d'engager les 13 km de haies de son exploitation dans un plan de gestion durable. Avec la majorité du parcellaire en pâtures (130 ha), l'exploitation a su intégrer l'arbre à son système et pérenniser ce lien entre bocage et élevage. « Notre élevage est fortement lié au bocage, nos animaux sont 8 mois dehors. Ce contrat va nous donner le coup de pouce financier pour nous aider à gérer au mieux les haies, dont l'entretien nécessite environ 100 heures de travail par an. Le faire avec une entreprise locale donne encore plus de sens à cette démarche. » Un coup de pouce d'environ « 1 400 EUR/an pendant 5 ans ». Plusieurs bonnes pratiques sont déjà mises en oeuvre chez les Bouvet comme le non-brûlage des résidus de taille, la création d'arbres têtards. L'état des lieux, réalisé avec le conseiller de la Chambre d'agriculture, et le plan de gestion (c'est-à-dire la programmation des interventions d'entretien) vont permettre d'optimiser et de valoriser économiquement le stockage de carbone par les haies.

M.R. et V.G.

Solenat : pour rémunérer les services environnementaux

L'association a été créée en mai 2020 par la Chambre d'agriculture des Pays de la Loire, la Frsea des Pays de la Loire, les Jeunes Agriculteurs des Pays de la Loire, et les cinq Fdsea/Fnsea de la région. Elle a pour objectif de rémunérer des services environnementaux fournis par les exploitants agricoles. Il s'agit de services qui utilisent les fonctions écologiques d'un écosystème pour maintenir, améliorer, restaurer l'environnement. Concernant le climat, les deux premiers projets portent sur la séquestration de carbone par les haies avec la méthode Carbocage comme pour Christophe Bouvet et MB Pack, et sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre par les élevages bovins, dans le cadre de la méthode Carbon Agri. Ce projet consiste à accompagner et rémunérer des groupes d'éleveurs pour les progrès réalisés sur 5 ans en termes d'émissions. Quant à la biodiversité, un travail est engagé sur des pratiques visant à préserver les pollinisateurs. Concrètement cela consiste à mettre en place des mélanges de végétaux qui fournissent des ressources alimentaires aux insectes pendant des périodes creuses : jachères mellifères, couverts d'interculture, etc. Enfin, la mise en place de prestations environnementales pour la qualité de l'eau est en cours d'expérimentation par la Chambre d'agriculture sur une dizaine de territoires ciblés dans la région. À l'issue de ce travail, Solenat pourra accompagner des pratiques et aménagements favorables à la qualité de l'eau qui auront été retenus, sur des financements privés, publics et/ou de collectivités. Les recherches de mécènes sont en cours afin de proposer des contrats aux agriculteurs ligériens courant 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53