Aller au contenu principal

Une visite pour un repas !

« Miam! La Mayenne à croquer », c’est le nom de l’opération lancée dans tout le département de la Mayenne à partir du 11 juillet. Celle-ci vise à soutenir les secteurs de la restauration et du tourisme suite à la crise du Coronavirus.

De gauche à droite : Joël Balandreau, président de Mayenne tourisme, Olivier Richefoux, président du Conseil départemental, Béatrice Orliaguet, membre du bureau de la CCI, et Eric Jouanen, président
l’Umih53.
De gauche à droite : Joël Balandreau, président de Mayenne tourisme, Olivier Richefoux, président du Conseil départemental, Béatrice Orliaguet, membre du bureau de la CCI, et Eric Jouanen, président
l’Umih53.
© LG

« Je visite un site touristique mayennais, on m’offre le repas dans un resto mayennais. » C’est le concept du nouveau dispositif mis en place par le département de la Mayenne. Surnommé « Miam ! La Mayenne à croquer », ce projet vise à relancer l’activité des secteurs du tourisme et de la restauration, fortement impactés par la Covid-19. À compter du 11 juillet, touristes et Mayennais pourront choisir parmi 39 sites à visiter dans le département et bénéficier d’un bon de 20 € à utiliser dans plusieurs restaurants de la Mayenne. Pour avoir accès à ces bons, il est nécessaire de s’inscrire au préalable s u r www.miam-mayenne.fr « Au total, le Département a mis 300 000 € sur la table. Cela correspond à 15 000 tickets de 20 €. Ceux-ci sont valables jusqu’au 30 septembre 2020. Ils seront distribués sur les sites touristiques au prorata de leur fréquentation », indique Olivier Richefoux, président du Conseil départemental de la Mayenne. Pour lancer ce projet, le Conseil départemental a travaillé en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie (Cci), l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) et Mayenne tourisme.

Générer du flux

« Dès l’annonce de la fermeture des restaurants, le 14 mars, nous avons pris un gros coup au moral. Depuis juin, beaucoup ont encore du mal à redémarrer, en partie parce qu’avec le télétravail, les gens se déplacent moins et qu’une peur du virus persiste », affirme Éric Jouanen, président de l’Umih53. L’objectif de ce projet est justement de générer des flux vers les lieux touristiques et les restaurants. « Nous aurions pu faire le choix d’apporter une aide purement financière. Cependant, donner de l’argent ne les fait pas travailler. C’est pourquoi nous avons préféré inciter les clients à revenir », indique Joël Balandreau, président de Mayenne tourisme. Les acteurs de ce projet souhaitent rassurer et réinstaurer une relation de confiance entre les visiteurs et les professionnels du tourisme et de la restauration. « Nous voulons montrer que si le virus persiste, des mesures sont mises en place, et que ces structures sont prêtes à accueillir leurs clients en toute sécurité. » Pour Éric Jouanen, cette aide va réellement contribuer à la sortie de la crise des métiers de l’hôtellerie. « Cela va nous permettre de garder notre personnel et peut être même d’embaucher des saisonniers. »

Valoriser le local

À l’heure actuelle, une centaine de restaurants, sur un potentiel de 340, participent à cette opération. « Nous avons voulu que ceux-ci s’engagent à utiliser au moins 30 % de produits locaux. Finalement, nous avons trois bénéficiaires : le secteur touristique, celui de la restauration et celui de l’agriculture », insiste Olivier Richefoux. Un moyen de valoriser les produits mayennais et, peut-être, d’inciter davantage de professionnels à se fournir directement auprès de producteurs du territoire. « Je pense que cela peut donner des idées à certains. Ils vont essayer et se rendre compte que c’est possible de trouver beaucoup de choses en Mayenne », continu Éric Jouanen. Les acteurs de ce projet insistent tout de même sur le fait que leur objectif n’est pas de concurrencer les restaurateurs qui ne travaillent pas ces produits. « Nous voulons simplement valoriser et défendre l’agriculture locale. Un tiers de l’approvisionnement en local peut sembler relativement peu, mais nous avions la volonté d’aider un maximum de professionnels », affirme Joël Balandreau.

Retrouvez la liste des lieux à visiter et des restaurants sur le site de Miam la Mayenne : https://www.miam-mayenne.fr/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Préparer la saison de pâturage en organisant le parcellaire
La bonne organisation de son circuit de pâturage est la première précaution à prendre pour éviter les mauvaises surprises, mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53