Aller au contenu principal

Une campagne de lutte contre les chenilles urticantes

Polleniz lance, comme chaque année, en Pays de la Loire, WWune campagne de lutte collective contre la chenille processionnaire du chêne et le bombyx cul brun. Des chenilles qui peuvent occasionner de fortes défoliations aux arbres au printemps et qui présentent des risques pour la santé.

Bombyx col brun.
Bombyx col brun.
© Polleniz

Les reconnaître.

Les chenilles processionnaires du chêne, d’aspect grisâtre avec la tête noire, sont fortement velues. Issues d’un papillon de nuit, les chenilles vont éclore courant avril, elles vivent en colonies. Le jour, elles se regroupent dans des nids plaqués le long des troncs de chênes et les grosses branches, et la nuit, elles s’alimentent du feuillage. Le bombyx cul brun est une chenille velue, brune avec des lignes latérales blanches et est facilement identifiable grâce aux deux « verrues » orangées qu’elle a sur le dos. Elle peut être très polyphage et se développer sur des essences forestières, bocagères, fruitières et ornementales sans pour autant provoquer la mortalité des arbres. Sa présence compromettra les fructifications ou la reprise de régénérations ou de jeunes plantations.

Risque sanitaire.

Ces deux espèces présentent un risque sanitaire pour l’homme et les animaux, car elles sont extrêmement urticantes à cause des poils microscopiques qu’elles ont sur le dos et qu’elles libèrent dans les airs. Ces soies urticantes peuvent provoquer l’apparition de plaques rouges, de cloques, des démangeaisons plus ou moins intenses et engendrer des réactions beaucoup plus importantes sur les enfants. Chez les animaux, elles peuvent occasionner notamment des nécroses de la langue allant jusqu’à l’amputation totale. Il est donc important de lutter collectivement pour éviter une trop grande prolifération de ces chenilles auxquelles chacun peut être confronté que ce soit dans son jardin, lors d’une balade en forêt ou simplement lors d’un pique-nique.

• Comment traiter ses arbres ?

En 2020, le mode opératoire pour participer à la lutte collective organisée par Polleniz a été simplifié : il suffit désormais de se rendre sur le site internet www.polleniz.fr pour en faire la demande, en remplissant le formulaire en ligne (les inscriptions sont ouvertes mi-mars). Les tarifs et les modalités de paiement seront consultables en ligne. Attention, toute inscription pour une intervention pour les chenilles processionnaires du pin ne sera pas enregistrée, car le traitement ne se fait pas à la même période, leur cycle de vie étant différent (traitement à l’automne).

• Intervenir.

Afin d’optimiser l’efficacité du traitement, les interventions de Polleniz débuteront en avril et prendront fin début juillet chez tout particulier s’étant inscrit sur internet. Cette campagne de lutte est biologique, sans danger pour l’homme, les animaux et l’environnement. Le produit pulvérisé a pour action de détruire le système digestif des chenilles qui l’ingèrent en même temps que le feuillage. C’est pour cela que le traitement a lieu au printemps, au moment où elles en consomment une grande quantité. En cas de vent ou de pluie, l’intervention de Polleniz pourra être différée, car le traitement, pour être efficace, doit rester fixé sur le feuillage. En cas de conditions météorologiques défavorables, le traitement des arbres sera reporté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53