Aller au contenu principal

Un système plus herbager en alternative du maïs ensilage

Jeudi 6 février, l'association Montbéliarde Mayenne organisait son assemblée générale. Après une partie en salle en matinée, l'après-midi était consacrée à la visite du Gaec Vallée de la Jouanne à Forcé.

Les éleveurs membres du syndicat des éleveurs Montbéliard de la Mayenne lors de la visite au Gaec Vallée de la Jouanne.
Les éleveurs membres du syndicat des éleveurs Montbéliard de la Mayenne lors de la visite au Gaec Vallée de la Jouanne.
© A.F

L'assemblée générale de l'association Monbéliarde Mayenne avait lieu jeudi 6 février. L'après-midi, était consacré à la visite du Gaec Vallée de la Jouanne sur le thème : « orientation vers un système plus herbager, comment minimiser l'impact du maïs ensilage et quelles sont les alternatives », présenté par Mickael Sergent, de Seenovia. Guy, Annette et Cédric Chesnel ont fait le choix de se tourner vers un système plus herbager. Une stratégie faisant suite à une volonté de réduire l'usage de produits phytosanitaires, avec une exploitation située en coeur de bourg à Forcé, et face à la pression de l'urbanisation. Mais aussi en lien avec le réchauffement climatique, qui pour cette exploitation, impactait fortement le rendement et la qualité de la production de maïs ensilage. Les exploitants ont ainsi fait le choix de diminuer les surfaces de maïs ensilage et de les remplacer par des surfaces en luzerne. L'alimentation des vaches laitières se compose notamment, en été, d'ensilage d'herbe, d'enrubanné de luzerne, d'herbe pâturée et d'ensilage de maïs. Et en période hivernale, d'ensilage d'herbe, d'enrubanné de luzerne, de pulpe de betteraves et d'ensilage de maïs. Mickael Sergent a présenté les avantages et limites du maïs ensilage et des fourrages verts (lire tableau) en fonction des attentes de chacun sur son exploitation. Au Gaec Vallée de la Jouanne, les derniers rendements de maïs ensilage sont loin d'avoir attendu des rendements suffisants pour alimenter les vaches laitières de l'exploitation, un choix de se tourner vers un système herbager s'est donc confirmé pour les éleveurs.

 

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le n° 206 d'Agri53
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53