Aller au contenu principal

Un ex-agriculteur mayennais gagne son procès contre RTE

Après cinq ans de procédure judiciaire, Daniel Roulette, éleveur bovin à la retraite, a gagné face à RTE, entreprise de distribution électrique.

Sept pylônes sont visibles à l'arrière et à l'avant de la maison.
Sept pylônes sont visibles à l'arrière et à l'avant de la maison.
© LG

Pendant 5 ans, Daniel Roulette, ancien responsable bovin viande de la Fnsea, s’est battu contre l’entreprise de distribution électrique RTE. À l’origine de ce litige : une ligne très haute tension (THT) construite à proximité de sa maison.

En 2009, Daniel Roulette a 60 ans. L’éleveur de viande bovine, installé à Fougerolles-du-Plessis, décide qu’il est temps pour lui de se retirer de la vie active. « J’avais anticipé ma retraite n’ayant pas d’enfants repreneurs. J’ai transmis mes terres JeanPierre et Isabelle Lemée. Cependant, ils n’avaient pas besoin de la maison d’habitation. Moi et ma femme nous voulions quitter Fougerolles. Nous avons commencé à chercher des acheteurs. »

À la même période, l’entreprise RTE projette de mettre en place une ligne THT traversant le territoire de la commune de Fougerolles-du-Plessis. « J’étais président de l’association de lutte contre la ligne THT à Fougerolles. J’ai ainsi appris que la ligne devait passer sur l’exploitation.» Un frein important pour la vente la maison de Daniel Roulette. « Elle se trouvait sur une bande de 200 m autour de la THT, donc personne ne voulait se risquer à l’acheter en raison de l’impact visuel et du possible impact sanitaire. » Face à cette situation, l’éleveur demande à ce que le tracé soit modifié. « Pour contourner ma maison, ils ont dessiné une ligne en zigzag. Cela est plus coûteux et plus nuisible pour le paysage. Je leur ai alors suggéré de faire un tracé droit qui passerait par la maison. Dans ce cas, ils devaient me la racheter à hauteur de son estimation. » Cependant, l’entreprise de distribution électrique n’est pas favorable à cette proposition.

Retrouver l'article dans son intégralité dans le n°236 de Agri53.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53