Aller au contenu principal

Transportabilité des animaux : « anticiper au maximum »

A la demande des représentants des éleveurs bovins à la Chambre d’agriculture, la Ddcspp a réuni, mi-février, les représentants et partenaires de la filière (éleveurs, négociants transporteurs, abatteurs, vétérinaires) sur la question de la transportabilité des animaux accidentés.

© JCG

« Nous voulons que les éleveurs se responsabilisent afin d’éviter d’envoyer dans les abattoirs des animaux qui ont traîné plusieurs jours », explique Sylvain Rousselet, éleveur à Ruillé-Froid-Fonds. « L’idée est de pouvoir valoriser au mieux la viande des animaux en bonne santé et qui se blessent accidentellement », poursuit-il, ajoutant ce conseil : « anticipez et donner un maximum d’informations à l’abattoir avant qu’il ne reçoive l’animal ».

Trois cas de figure peuvent se présenter :

• 1er cas : l’animal s’est blessé et est transportable. Le vétérinaire viendra vérifier que l’animal est en bonne santé et pourra monter seul dans un camion. L’éleveur doit savoir qui va transporter l’animal, vers quel abattoir et pour quel usage (récupérer la viande ou vente par l’abattoir). L’éleveur préviendra l’abattoir en lui expliquant dans le détail le type de blessure. Il remplira également la première partie du certificat vétérinaire d’information — Cerfa n° 15766*01, téléchargeable —. Le vétérinaire « rural » remplira sa partie, puis le transporteur et enfin l’abattoir. Ce document suivra donc l’animal.

• 2e cas : l’animal s’est blessé accidentellement. Il est en bonne santé, mais ne peut pas monter dans un camion. Il n’est donc pas transportable. Il peut être abattu sur l’exploitation, soit par le vétérinaire, soit par un boucher équipé du nécessaire pour le faire, sous réserve d’avoir pris préalablement contact avec un abattoir qui acceptera la bête et qui précisera le cahier des charges. Là aussi, il est demandé aux éleveurs d’anticiper. En Mayenne les abattoirs de Craon (en prestation de service d’abattage) ou de Pré-en-Pail (prestation ou achat possible) acceptent ces animaux « abattus à la ferme ». Là aussi, un Cerfa de traçabilité — n° 15912*01, téléchargeable — suivra l’animal. Il sera rempli successivement par l’éleveur, le vétérinaire ayant réalisé l’examen clinique de l’animal, l’opérateur de mise à mort et l’abattoir.

Il est rappelé que même pour un usage familial, une carcasse de bovin doit impérativement passer par un abattoir agréé.

• 3e cas : l’animal est accidenté, en mauvais état général, non transportable et non valorisable dans la chaîne alimentaire. En l’absence de guérison et dans les meilleurs délais possibles, l’éleveur doit faire appel au vétérinaire pour une euthanasie et prévenir l’équarrissage.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53