Aller au contenu principal

Rouge des Prés : une vente en demi-teinte

La traditionnelle vente d’automne de rouges des prés s’est tenue mardi 16 octobre, au Domaine des rues. Pour la première fois, 5 génisses étaient aussi aux enchères.

Le public s’était déplacé en nombre pour assister à la vente aux enchères des reproducteurs de rouges des prés qui s’est tenue mercredi 16 octobre, au Domaines des rues.
Le public s’était déplacé en nombre pour assister à la vente aux enchères des reproducteurs de rouges des prés qui s’est tenue mercredi 16 octobre, au Domaines des rues.
© Anjou Agricole

Il y avait foule au Domaine des rues, à Chenillé-Changé, mercredi 16 octobre. Pourtant, les plaques ne se sont pas levées autant que d’habitude lors de la vente aux enchères de reproducteurs de rouges des prés... Certaines enchères ont même baissé. Sur les 30 animaux aux enchères, 18 ont été vendus. Et 12 sont encore disponibles. « La vente d’automne a toujours moins de succès que celle de printemps, constate Thierry Jeanneteau, responsable de la commission génétique de la Sica Domaine Rouge des prés. Les éleveurs ont moins besoin de reproducteurs à cette époque. » Et les coups de chaud de cet été n’ont pas épargné les animaux pendant leur préparation en station. « Il a fait vraiment très chaud dans le bâtiment de la station, et les animaux étaient moins beaux que d’autres années... », reconnaît Thierry Jeanneteau. Résultat ? Un prix de vente moyen à 2 900 euros, en-dessous des autres années.

Une enchère à 4 200 euros

« Les bons numéros sont quand même bien partis », relativise Albéric Valais, directeur de la Sica. Comme Oxford, de l’élevage de Justin Grimault à La Cornuaille. Son taureau a été vendu 4 200 euros. Fils de Monaco, « il ramène de la viande sans avoir le gène culard », explique le vendeur, ravi du montant de l’enchère. « Avec mon père, nous avions acheté en commun Monaco 5 000 euros. Depuis, ses fils se vendent toujours bien... On ne regrette pas l’investissement. »
Nouveauté cette année, la vente de 5 génisses de haute valeur génétique de 5 élevages différents. « C’est l’occasion de dynamiser la vente et d’échanger aussi sur la génétique femelle, explique Thierry Jeanneteau. Et voir s’il y a des acheteurs... » Pari réussi. Toutes ont été vendues pour un prix moyen de 1 940 euros. « Nous sommes très satisfaits de cette première expérience », note Albéric Valais. Thony Ferment a acheté 2 génisses. L’une au Gaec de la Chauffetière et l’autre à l’élevage Cadet, de Mayenne. Les 2 à 2 150 euros. L’éleveur de Seine-Maritime confie avoir eu un coup de cœur pour les 2 génisses. « Elles correspondent à mon élevage. Je souhaite investir dans la génétique pour mon troupeau. Construire par la voie femelle me semble une bonne solution », explique l’éleveur. Ses critères : « du développement bien-sûr, mais aussi des qualités maternelles et de la finesse. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53