Aller au contenu principal

Rôtis ou filets de cerfs mayennais

En 2004, Céline et Florent Raimbault ont repris l’exploitation familiale d’élevage de cerfs à Courbeveille. Boucher de métier, Florent Raimbault s’est d’abord installé, avec son épouse, en reprenant la boucherie de Cossé-le-Vivien, qu’ils tiennent toujours.

Céline et Florent Raimbault élèvent des faons, biches et cerfs à Courbeveille et commercialisent leur production dans leur boucherie à Cossé-le-Vivien.
Céline et Florent Raimbault élèvent des faons, biches et cerfs à Courbeveille et commercialisent leur production dans leur boucherie à Cossé-le-Vivien.
© AF

Nourris principalement à l’herbe, complémentés par de la luzerne, de l’orge et du foin, les faons, les biches et les cerfs sont élevés sur 24 ha de prairies. Animaux sauvages, ils ne se laissent pas facilement approcher. « On rentre les faons pour l’hiver, mais sinon ils restent en liberté toute l’année. On ne les rentre en bâtiment que pour faire les vermifuges et quelques jours avant de les abattre », explique Florent Raimbault. Pour le suivi de l’élevage, « c’est surtout de la surveillance, de l’entretien et l’alimentation. Pour la reproduction, on laisse faire le brame », ajoute-t-il.

Dans cette exploitation, les éleveurs ont deux cerfs reproducteurs, qu’ils renouvellent tous les quatre ans pour faire évoluer la souche génétique. Les cerfs partent alors pour la chasse à courre. Les daguets (jeunes cerfs et biches) sont abattus à 18 mois et transformés pour être vendus, en majorité dans leur boucherie de Cossé-le-Vivien. « Habituellement on fait le marché de Noël de Laval, précise Céline Raimbault. Pour cette année un peu particulière, on va abattre moins d’animaux ». Ils ont également annulé leurs portes ouvertes, initialement prévues fin novembre, à cause de la crise sanitaire. « Ce n’est pas un produit qui se vend toute l’année, la demande est plus pour la période des fêtes, les gens veulent manger quelque chose de différent », précise Céline Raimbault.

Comme produit phare, ils proposent du rôti, à 29,70 € le kilo, du filet, à 36,35 € le kilo, ou encore de la viande pour des plats en sauce pour les grandes assemblées. Ce qui risque de ne pas être le cas cette année. À la boucherie, on peut également trouver des pâtés, des rillettes et plats cuisinés issus de l’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53