Aller au contenu principal

Rénover l’accompagnement technique pour améliorer les revenus

Jeudi 24 septembre se tenait, à l’AgriCampus de Laval, la rencontre régionale ovine. Parmi les sujets, l’adéquation entre la demande et l’offre, avec, en toile de fond, une réforme de l’accompagnement technique.

Parmi les quatre ateliers proposés, le parage. L’Agricampus de Laval est équipé d’une cage qui permet de parer des ovins de taille et de poids différents.
Parmi les quatre ateliers proposés, le parage. L’Agricampus de Laval est équipé d’une cage qui permet de parer des ovins de taille et de poids différents.
© VG

Le thème de cette 13e rencontre régionale ovine en Pays de la Loire portait sur l’amélioration des conditions de travail en élevage ovin. C’est par un plaidoyer sur l’accompagnement technique devant amener à une augmentation des revenus de l’éleveur que François Frette, directeur d’Interbev Ovins a lancé la matinée. « On pourrait passer moins de temps à faire de la saisie d’information, plus de temps à faire de l’analyse et du conseil, avoir une vision plus claire de l’exploitation » a commencé François Frette. « Pour cela, il faut partager de la donnée, passer plus de temps à l’analyser, coconstruire les plans d’action à plusieurs, passer plus de temps à communiquer. On apporterait plus de services à la filière, amélioreration le service auprès de l’éleveur et auprès du collectif. »

Listant les objectifs de l’Interprofession, François Frette est vite entré dans le vif du sujet, à savoir une réforme de l’accompagnement technique des éleveurs. Un accompagnement qui doit répondre à plusieurs critères : « de l’agneau toute l’année » — il en a manqué cet été —, « de la qualité dans la production, des quantités plus visibles et de la durabilité ». Avec un leitmotiv : « il faut que les éleveurs vivent de leur élevage ». Interbev Ovins a donc pris « le bélier par les cornes » pour mettre en place en plan d’actions de l’accompagnement technique dont François Frette a livré, en avant-première, les premiers axes. Premier point : « pour l’éleveur, l’accompagnement technique doit être perçu comme un investissement. S’il investit dans quelqu’un qui vient dans l’exploitation, il faut que cela lui rapporte. C’est vers quoi on veut aller ».

L’accompagnement technique doit donc être individuel, disponible pour tous les éleveurs, « et centré autour de l’éleveur ». Pour y arriver, « on doit partir d’un projet de l’éleveur, avec un diagnostic, un plan d’action, des visites régulières, un bilan. Et on enclenche un système de qualité continue » détaille François Frette. Autre point : « les différents conseils d’élevage devraient être coordonnés par un conseiller référent, choisi par l’éleveur ». Interbev Ovins plaide aussi pour « des réseaux d’éleveurs », afin de « faire vivre une communauté, un collectif ». Avec l’idée que « l’accompagnement technique est un investissement qui rapporte ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53