Aller au contenu principal

Red Pill (ex-DxE France) jette l’éponge

William Burkhardt a annoncé que l’association Red Pill (ex-DxE France) qu’il a cofondée en octobre 2018 va cesser son activité de vidéos clandestines en élevages par laquelle elle s’était fait connaître du grand public, notamment suite à une intrusion en Mayenne.

« Nous avons arrêté les vidéos. J’ai fait ce que je pouvais, mais tout est figé. Le système nous dépasse. Les gens se moquent de ce qu’ils mangent », explique William Burkhardt. « Certes, les procès ont ralenti notre travail, mais c’est aussi tout un tas d’autres choses qui nous fait arrêter. » Poursuivie pour au moins quatre vidéos clandestines, son association vient de perdre un deuxième procès en appel, le 3 novembre, pour une vidéo dans un élevage de poules pondeuses dans le Morbihan. Elle est notamment condamnée à supprimer la vidéo et verser 3 000 € à la victime. William Burkhardt annonce que Red Pill ne se pourvoira pas en cassation, l’ayant déjà fait au printemps après une condamnation en appel concernant un élevage de porcs des Côtes-d’Armor.
En Mayenne, trois de ses ressortissants (deux femmes et un homme) avaient pénétré dans un élevage de porcs le 21 mai 2019, demandant à l’éleveur s’ils pouvaient continuer leur visite… L’exploitant avait refusé, par respect des normes sanitaires et d’hygiène s’appliquant à la production porcine. Qu’importe, des vidéos, diffusées sur YouTube et Facebook, avaient tout de même été tournées par Red Pill. Une plainte avait alors été déposée à la gendarmerie d’Ernée peu de jours après les faits, par l’éleveur et la Fdsea de la Mayenne, l’organisation de producteurs Porc Armor Évolution se portant partie civile. Si le jugement de cette affaire a été reculé, en raison de la Covid-19, il n’en reste pas moins que le dépôt de plainte demeure l’outil indispensable pour faire reculer de tels actes.

« Un opportuniste »

« Je peux admettre que les intrusions dans les élevages n’étaient pas la bonne manière de faire changer les pratiques agricoles, mais c’était la seule que j’avais eue à l’époque », a expliqué William Burkhardt, qui se consacrerait désormais à la photographie, et souhaitant même « bonne chance » à la Fnsea dans son combat pour le manger français.
« Nous, nous ne lui souhaitons pas bonne chance pour la suite de sa carrière »,
réplique Mickaël Guilloux, secrétaire général de la Fdsea de la Mayenne. « Qu’il continue ou qu’il arrête ses vidéos clandestines ne va pas changer notre façon de vivre », continue celui qui est aussi éleveur de porcs, à Ahuillé, et pour qui William Burkhardt n’est qu’un « opportuniste qui ne défend pas de vraie cause, mais cherche simplement à exister. Il se rend compte lui-même que son action ne sert à rien et ne sert pas non plus les filières… Ça en devient risible ! » Mais Mickaël Guilloux s’étonne surtout du fait que « ce type d’associations ne soit pas démantelé plus rapidement ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53