Aller au contenu principal

Quels sont les gestes barrières sur les fermes ?

Les exploitations peuvent tout autant être touchées par le coronavirus. Pour limiter sa propagation, certaines règles sont à respecter.

Application des gestes barrières
Application des gestes barrières
© Agri53

À la campagne, on a tendance à se sentir préservé du virus. Pourtant, le risque est bien présent. Dans les exploitations, associés, salariés, personnes extérieures travaillent ensemble et peuvent se contaminer aussi bien dans des milieux confinés que dans des espaces ouverts. Le Covid-19 peut se propager via des contacts entre les personnes, avec des surfaces (où il peut survivre plusieurs jours) et par sa persistance dans l’air. À noter qu’une personne contagieuse en contamine en moyenne deux à trois autres. L’exploitant a pour mission de limiter les risques sur sa ferme. S’il est employeur, il doit d’ailleurs désormais noter un nouveau risque dans le Document unique d’évaluation des risques : « contact direct ».

Quelles sont les mesures à adopter ?

- Poursuivre la prévention habituelle : la biosécurité doit être poursuivie, voire renforcée.

- Limiter les contacts avec les personnes : une personne est contagieuse lorsqu’elle est malade, en fin de période d’incubation et dans les jours post-guérison.

- Éviter les contaminations indirectes : il est important de se laver régulièrement les mains et de nettoyer le matériel.

- Informer les salariés, s’il y en a, et insister sur l’importance de la prévention.

- Mettre à disposition des équipements et consommables nécessaires : eau, savon, papier jetable (ou au minimum des tissus propres régulièrement renouvelés), gel hydro alcoolique...

- Afficher les consignes sur l’exploitation (entrée, bureau...).

Que faire si une personne est considérée à risque ou présente des symptômes ?

Si une personne présente des risques elle peut se rapprocher de son médecin traitant ou du service santé et sécurité au travail de la Msa (avec médecins du travail). S’il s’agit d’un salarié, celui-ci doit informer son employeur afin qu’il puisse mettre en place des mesures spécifiques. Les salariés ayant des symptômes doivent rester confinés à domicile. Les exploitants ne pourront pas toujours respecter cette règle. La poursuite d’activité est possible en cas d’absolue nécessité (continuité du travail auprès des animaux) et de symptômes bénins à condition de porter un masque sur prescription et être davantage respectueux des consignes précédentes. Se tenir informé : en consultant le site www.gouvernement.fr/infocoronavirus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53