Aller au contenu principal

Près de 96 % des animaux vendus

Malgré les restrictions liées à la Covid-19, le concours d’animaux de viande de Noël d’Évron a été maintenu. Quasiment tous les bovins ont été vendus. Preuve du besoin de ce genre de marché.

Stéphane Brilhaut est reparti en Ille-et-Vilaine, avec le sésame de l’inter-races mâle.
Stéphane Brilhaut est reparti en Ille-et-Vilaine, avec le sésame de l’inter-races mâle.
© VG

Avec plus de 95 % de ventes ré-alisées au soir de cette 24e édition du concours de viande de Noël, les organisateurs ont de quoi être satisfaits. « C’est un bon résultat, sourit Jean-Yes Renard, président de l’Association des producteurs de la vallée de l’Erve, organisatrice de l’événement. Et d’ajouter : « nous avons réussi à organiser nos deux manifestations, celle de septembre et là, samedi 5 décembre, alors que d’autres n’ont pas pu. Nous avons fait ce qu’il fallait pour répondre à la demande. »

Ce samedi 5 décembre, sur le foirail d’Évron, sur les 247 bovins en concours (262 étaient inscrits), 237 ont été vendus le jour même. Comme d’habitude, on retrouve les principaux acheteurs que sont : Bétail Gorronnais (45 achats dont 6 pour Super U Évron), Socopa (42), Selvi Alençon (41), Kermarec (21), Charal (12), AIM (12) ou encore Super U Gorron (8).

Côté concours, l’équipe organisatrice avait « isolé » les Blancs Bleus, comme cela avait été le cas en septembre dernier. C’est un élevage de la Manche, le Gaec Bonvoisin, qui repart avec le sésame du Grand Prix dans cette catégorie. Sa vache, inscrite en 1re section, a fait la différence par « son dos et ses fesses exceptionnels », selon l’éleveur. L’animal avoisine « entre 630 et 650 kg de viande ». Arrivée il y a 14 mois chez cet éleveur mortainais, la vache a été finie avec « de la pulpe de betterave et de la graine de lin ». Une recette devenue « classique ». Elle a été achetée 11 € le kg par Bétail Gorronais pour la boucherie Christophe.

Habitué des prix, mais sans haute récompense depuis 3 ans, Stéphane Brilhaut (35) est reparti avec la plaque de champion de l’inter-races mâles. Une belle récompense pour sa 20e année de participation. Son mâle, un croisé de 3 ans et demi, a marqué l’esprit du jury par « sa couleur » et « son bon petit globe ». Selon Stéphane Brilhaut : « le croisement, cela plaît toujours au jury ! »Bonne pioche en tout cas cette année pour l’éleveur du Lorroux qui a vendu 11 €/kg son animal, né et élevé chez lui, qui était estimé à « presque 650 kg ». Mais un éleveur somme toute conscient du marché actuel. « Cela va être difficile de vendre des mâles au-dessus de 6 €/kg », nous glissait-il juste après sa récompense.

L’interraces femelles a été remporté par Vincent Thuard. Le Sarthois, naisseur-engraisseur à Saint-Denis d’Orgues, présentait une génisse Rouge des Prés de plus de 3 ans. « Sa finesse, sa finition et son élégance ont fait la différence », estimait Vincent Thuard, plaque en main. Il succède ainsi à son père Martial qui avait eu un titre interraces, en 1991... L’animal primé cette année, avoisinant les 580-600 kg, a été acheté par la Selvi à 13 €/kg. Enfin, l’inter-races vaches a été attribué à un élevage mayen-nais : celui de la famille Lemaître (Claudie, Jean-Luc et Maxime), de Sainte-Suzanne. C’est leur 3e grand prix à Noël : « deux fois en vaches et une fois en génisses », souligne Jean-Luc Lemaître. Sa Rouge des Prés, « une Label » Bœuf fermier du Maine, de 4 ans et demi, a été appréciée des membres du jury. Elle aussi a été achetée 13 €/kg par Selvi pour Leclerc.

Concours de viande de Noël 2020 : les résultats

 

• Prix de championnat

 

Inter-races mâles : Stéphane Brilhaut (35).

Inter-races femelles : Vincent Thuard (72).

Inter-races vaches : Gaec Lemaitre (53).

Grand Prix du championnat Blanc Bleu : Gaec Bonvoisin (50).

 

• Palmarès des grands prix d'excellence

 

Rouge des Prés. Mâle 1re section : Manu Masserot BFM ; 2e section : EARL Civray BFM. Femelle 1re section : Vincent Thuard ; 2e section : Joseph Chené. 3e section : Cédric Houlbert BFM. 4e section : SCEA Moncellière.

Croisement Charolais. Mâle 1re section : Stéphane Brilhaut ; Femelle 1re section : Didier Carré.

Charolais. Mâle 1re section : Gaec Coutellières BBC ; Femelle 1re section : Jean-François Carré.

Blanc Bleu et croisés. Mâle 1re section : EARL Roncinière ; 2e section : Stéphane Brilhaut. Femelle 1re section : Jean-François Carré.

Race diverse. Mâle 1re section : Wilfried Piau ; 2e section : Stéphane Brilhaut ; Femelle 1re section : Philippe Leloup.

Parthenaise. Femelle 1re section : Stéphane Gagneux.

Toutes races. Mâle 1re section : Odette Lelong ; Femelle 1re section : Jean-François Carré ; 2e section : EARL Maulny BBA.

Vache Race diverse. Femelle 1re section : Isabelle Cherruault.

Vache Rouge des Prés. Femelle 1re section : Gaec Lemaitre BFM ; 2e section : Gaec Pommiers.

Vache Limousine. Femelle 1re section : Gaec Coulon Viol BP ; 2e section : Gaec Aubépine BP.

Vache Parthenaise. Femelle 1re section : EARL Emmanuel Strauss.

Vache Blanc Bleu et croisée. Femelle 1re section : Gaec Bonvoisin.

Vache Blonde d'Aquitaine. Femelle 1re section : Gaec Deux saveurs ; 2e section : EARL Leclerc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53