Aller au contenu principal

Premiers ensilages avec des maïs asséchés

Les premières coupes du maïs ont commencé peu avant le 15 août en Mayenne. Le manque d’eau a avancé le calendrier pour ensiler des maïs secs avec, pour certains, une faible valeur nutritive.

Malgré des tiges très sèches, les grains, qui constituent près de la moitié du rendement, remplissent complètement l’épi.
Malgré des tiges très sèches, les grains, qui constituent près de la moitié du rendement, remplissent complètement l’épi.
© VG-Agri53

C’est par une parcelle de 4 ha que Yoann Hogret a commencé ses ensilages de maïs, lundi 17 août, à Saint-Saturnin-du-Limet. Le maïs, à l’apparence très desséchée par la météo et ce, malgré un peu plus de 60 mm de précipitations les derniers jours, présente tout de même des épis bien remplis. « Il a été semé sous bâche le 10 avril », explique Yoann. Avec l’appui de quatre bennes, et l’ensileuse de la Cuma de Renazé, les premiers tours du champ s’opèrent. Première benne vidée et premiers constats avec une poignée de maïs dans la main. Avec une impression d’humidité. « Il n’est pas si sec, constate Yoann Hogret, mais je vais dire au chauffeur de régler la coupe pour que le maïs soit encore un peu plus fin. » Si le grain est bien éclaté, l’éleveur craint en effet que ses vaches trient et laissent de côté les morceaux de tiges les plus grands. Quelques réglages sont donc indispensables poru le chauffeur de cette New Holland FR480.

« J’ensile toujours le jour où Seenovia vient faire sa journée matière sèche à Renazé », remarque Yoann Hogret, donc approximativement juste après le 15 août. Le matin, en effet, l’équipe de Seenovia a analysé 125 échantillons, avec un taux moyen de MS de 27, avec de grands écarts : 17,3 pour le mini et 37,7 pour le maxi. Rappelons que l’optimum se situe à 32-33 % de MS. L’après-midi de lundi, à Gennes-sur-Glaize, même constat sur les écarts : de 18,8 à 42,6 pour une moyenne de 29,2 sur 60 échantillons.

Si la saison des ensilages commence tôt cette année — des ensilages ont eu lieu le 14 août, par exemple à Assé-le-Béranger, à Saint-Fraimbault-de-Prières et à Montourtier —, la plupart des maïs ne sont pas prêts. Nous ne sommes qu'au mois d'août...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53