Aller au contenu principal

Porc : le prix baisse toujours

Le cours du prix du porc n'en finit pas de baisser. Lundi 30 novembre, à la clôture du MPB, il était à 1,206 EUR/kg départ élevage, soit plus de 20 centimes en dessous du coût de revient moyen.

© MPB

1,206 euro pour la base 56TMP : c'est « le cours le plus bas de l'année 2020 », constatent les analystes du Marché du porc breton (MPB), lundi 30 novembre, à la clôture des enchères. On est loin de la moyenne de l'année calculée jeudi 26 novembre à 1,406 EUR/kg et du 1,702 EUR/kg d'il y a tout juste un an (cotation du jeudi 5 décembre 2019, lire le graphique). La moyenne 2020 permet tout juste de couvrir le prix de revient des producteurs. Un prix de revient que les Frsea et les JA des régions Bretagne, Pays de la Loire et Normandie calculent, dans un communiqué commun du 26 novembre, « autour de 1,38 EUR/kg de carcasse, base MPB ».

« La spirale baissière du prix se poursuit donc dans un contexte européen très déprimé à l'approche des fêtes de fin d'année, associées à un ralentissement d'activité », résume le MPB, qui constate cependant que « les cours au nord de l'Europe se sont stabilisés après les fortes chutes entraînées par un cours allemand au plus bas », sur « un marché européen très chargé en viande porcine ». « L'Allemagne, 2e exportateur en volume vers la Chine, ne peut plus envoyer un seul kilo de viande en Chine, en raison de la Fièvre porcine africaine », indique le communiqué des syndicats majoritaires. Leur production engorge donc le marché européen. Et, malheureusement, « les industriels français ne sont pas des plus dynamiques à l'export », poursuivent les syndicats qui souhaiteraient, pour la filière porcine française, que « les industriels » soient « plus dynamiques à l'export ! » Ils estiment que les éleveurs sont encore « la seule variable d'ajustement pour répondre à la baisse du pouvoir d'achat des consommateurs ». Pour eux, « la priorité des industriels doit être de satisfaire la demande des consommateurs », en mettant en avant la qualité et la traçabilité du porc français, « en s'approvisionnant en viande de porc français ». Et de prévenir : « les représentants des Frsea et JA seront intransigeants et feront en sorte qu'aucun opérateur n'aille s'approvisionner hors de nos frontières à moindre prix! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

À vos objectifs !
Comme chaque année, les JA de la Mayenne organisent leur concours photos de l'été. Le thème de cette édition : "L'agriculture,…
Le site Lactalis de Laval-Changé
L’usine Lactalis de Changé placée en vigilance renforcée
Le ministère de la Transition écologique a placé six exploitants industriels sous vigilance renforcée,…
150 agriculteurs bénévoles pour le Tour de France
Le contre-la-montre de la 5e étape du Tour de France, entre Changé et Laval, mercredi 30 juin 2021, passait par…
« Une année exceptionnelle »
Les moissons de blés démarrent en Mayenne. Rendement, qualité et prix... Cette année promet d’être "exceptionnelle". C’est du…
600 corvidés piégés
Les agriculteurs mayennais sont durement touchés par les attaques de corvidés. Dès l’hiver dernier, la FDSEA de la Mayenne avait…
Une première récolte satisfaisante
Malgré les aléas climatiques, Steven Mottier, agriculteur à Argentré, a réussi à battre une partie de son orge. Il enregistre de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53