Aller au contenu principal

Plan de lutte contre la diarrhée virale bovine

Jeudi 5 décembre le Gds de Mayenne organisait sa première assemblée locale de la saison au lycée Rochefeuille, à Mayenne. Celle-ci avait pour thématique : la lutte contre la diarrhée virale bovine.

Une quarantaine d’éleveurs ont assisté à cette assemblée locale consacrée à la lutte contre la diarrhée virale bovine.
Une quarantaine d’éleveurs ont assisté à cette assemblée locale consacrée à la lutte contre la diarrhée virale bovine.
© Lena Guillaume

Le Gds de la Mayenne a organisé une assemblée locale au lycée Rochefeuille, à Mayenne, jeudi
dernier. Cette année, l’association a souhaité aborder la question de l’éradication de la diarrhée virale bovine (Bvd) obligatoire en France depuis cet été.

Cette maladie touche les animaux à n’importe quel âge. Cependant, c’est lors de la gestation, qu’elle pose le plus de problèmes. « Si l’embryon, âgé entre 1 et 4 mois, est touché par le virus il risque de se transformer en Ipi (infecté permanent immunotolérant) », indique
Philippe Pillons, directeur du Gds. Le Gds a la responsabilité de dépistage et d’assainissement des
troupeaux. Il a mis en place un plan d’éradication du Bvd qui vise particulièrement les Ipi. « Ils risquent de transmettre la maladie à d’autres animaux du cheptel et créer de nouveau Ipi », précise Philippe Pillons.

Comment éradiquer le problème ?


Le Gds va d’abord mettre en place des méthodes de dépistage de la maladie en s’appuyant sur des indicateurs de prophylaxie. Plusieurs solutions existent. Soit des analyses de sang ou de lait sont réalisées dans le but de trouver des anticorps. L’objectif est de savoir si la maladie a touché le troupeau. Soit, l’éleveur pose une boucle de dépistage Bvd sur ses veaux. Elle permet de prélever
un morceau de cartilage et de voir si l’animal est porteur du virus.

Si les résultats sont positifs, il est conseillé de vacciner les animaux ou de boucler les naissances jusqu’à ce que les indicateurs de prophylaxie soient positifs. Si cela n’est toujours pas efficace, le Gds mettra en place un plan de lutte. Celui-ci passe par un plan d’assainissement. Il consiste à éradiquer les Ipi « condamnés dans tous les cas ». Pendant un an, les cheptels contaminés devront aussi faire l’objet de dépistages systématiques à la naissance.

Le Gds prend en charge à 100 % les prophylaxies sang ou lait et à 80 % les analyses de cartilage. Concernant les indemnisations sur l’élimination des Ipi, le Gds propose 50 € pour les mâles de moins de 6 mois, 150 € pour les autres bovins lait et 250 € pour les bovins allaitants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53