Aller au contenu principal

Manque de fourrage : faire le point sur ses besoins

Malgré des récoltes d’herbe satisfaisantes et de qualité, l’absence de précipitations de ces dernières semaines laisse présager des récoltes de maïs décevantes tant en qualité qu’en quantité. Avant de prendre des décisions sur des adaptions de son système ou de l’achat de fourrage, il s’avère impératif de faire le point afin d’évaluer son déficit.

© DR

• Dans un premier temps, il s’agit de faire l’état des stocks actuels et d’estimer les récoltes à venir. Afin d’apprécier l’impact de différents scénarii pour cet automne, il est intéressant de le réaliser selon plusieurs hypothèses (météo plus ou moins clémente pour les fourrages d’automne).

• Dans un second temps, il faut prendre en compte la consommation des différentes catégories d’animaux, mais aussi l’hétérogénéité de leurs besoins en termes de quantité et de qualité des fourrages. Le type de rations généralement utilisées en été-automne-hiver permet d’estimer les besoins sur chaque période.

Enfin, la confrontation avec l’estimation des stocks doit permettre de quantifier le déficit en stock. Vous pourrez agir en fonction de l’évaluation de ce déficit :

- Si les stocks sont supérieurs aux besoins, il n’y a pas de problèmes a priori.

- Si les stocks fourragers couvrent au moins 80 % des besoins, l’achat de fourrages n’est pas forcément obligatoire. Le maïs ensilage sera alors distribué en priorité aux vaches laitières. Le foin et/ou la paille pourront constituer le principal fourrage grossier pour les animaux en croissance, notamment pour les génisses, associé à une complémentation plus soutenue. Un bilan fourrager détaillant la consommation de chaque fourrage permettra de connaitre la durée potentielle couverte par les stocks, afin de s’assurer d’aller jusqu’à la récolte suivante pour chaque type de fourrage.

- Si les stocks couvrent moins de 80 % des besoins, l’achat de fourrages ou d’aliments de substitution sera indispensable, sous peine d’être pris au dépourvu à la sortie de l’hiver 2019/2020 ou avant.

Ce diagnostic doit permettre de répondre aux questions suivantes : quel type de fourrage peut manquer ? Pour quel type d’animaux et à quelle période ? Répondre à ces questions permettra de choisir une stratégie adaptée pour palier au déficit. Un bilan détaillé permettra de connaitre les besoins des animaux et le disponible jusqu’aux prochaines récoltes, afin de prendre les décisions les plus adaptées à votre situation.

Contact :

Roland Favory : 02.43.67.37.20

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
Consommation : afficher l’origine du lait est illégal !
Voilà un jugement qui va sans doute faire couler beaucoup d’encre et de salive. Le Conseil d'Etat a annulé le 11 mars, un décret…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53