Aller au contenu principal

L’extraordinaire Épatente

Pour sa 8e année au Salon, Épatente représentera sa race et l’élevage mayennais de David Cadet, à Argenton-Notre-Dame. Elle sera accompagnée cette année de Mignon, taureau de trois ans.

Épatente, dix ans, en route pour une nouvelle édition du Sia.
Épatente, dix ans, en route pour une nouvelle édition du Sia.
© AF

« Elle a gagné six fois sur sept participations, une nouvelle victoire, on l’espère forcément.» David cadet amènera au Salon Épatente, suitée de la bien nommée Parisienne. A dix ans, elle ira à Paris pour la 8e année : « tant qu’elle est sélectionnée on ira, mais on peut dire stop à tout moment, car une vache de cet âge-là et de ce poids-là, les pattes ne peuvent plus suivre du jour au lendemain ». En plus d’être une excellente vache de concours, elle est également une très bonne productrice : « c’est une vache exceptionnelle. Elle vêle toujours dans les dates. Elle a fait huit vêlages, neuf veaux. C’est bien beau d’avoir une belle vache dans sa ferme, mais il faut aussi qu’elle rapporte », précise David. Pour la suite, « la génétique est là, la suite est là. Elle a des filles très bonnes, même si elles ne sont pas aussi exceptionnelles, elles produiront », ajoute-t-il.

Un super bon taureau

Du côté des mâles, c’est Mignon qui représentera l’élevage. Du haut de ses 3 ans, il a remporté en 2018 le Cima et le National, il a donc lui aussi, toutes ses chances de revenir avec un prix de Paris. « C’est un bon taureau, maintenant tout dépend des juges et de la concurrence. On n’est pas tout seul. Mignon est un super bon taureau, avec un super dos, il a une bonne culotte, bien descendue. Il vaut mieux un taureau moins lourd, mais qui se déplace bien. Dans sa catégorie, c’est beaucoup de 3 ans, 3 ans ½, donc ils sont à peu près tous de même conformation », explique David. Place au concours, vendredi 1er mars de 15h à 17h.

Représentation de la race

« Bien sûr, aller au Salon permet de faire connaître l’élevage et de vendre des reproducteurs, mais il ne faut pas travailler que pour soi. C’est aussi important de représenter la race, de la faire connaître et de montrer ses atouts. De faire installer des jeunes et de donner envie de notre race. Il faut donner envie aux jeunes d’élever de la Rouge des Prés, ce n’est pas en restant chez nous qu’on va réussir à motiver des jeunes », explique David. Il ajoute : « c’est important aussi de trouver des marchés pour commercialiser notre viande Aop et faire connaître la qualité exceptionnelle de notre viande ».

Plus de participants aux concours du Salon de l'agriculture, dans votre Agri 53 numéro 156.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53