Aller au contenu principal

Les Volailles du Plessis :« Faire de l’élevage traditionnel »

Quand on pense repas de fêtes de fin d’année, on imagine souvent une volaille dorée au four trônant au milieu de la table. Chapon, dinde, oie, pintade façon chapon... À vous de choisir en fonction de vos préférences.

Isabelle Meignan, productrice de volailles à Marigné-Peuton
Isabelle Meignan, productrice de volailles à Marigné-Peuton
© Droits réservé

Isabelle et Guillaume Meignan élèvent justement des volailles à la ferme du Plessis, à Marigné-Peuton. Toute l’année, ils produisent des poulets, des canards et des pintades. « On fait un lot toutes les 4 semaines et on les garde au minimum 14 semaines avant de les abattre », indique Isabelle Meignan. Pour les fêtes, leur gamme s’élargit : « On propose de la dinde, de l’oie, du chapon et de la pintade façon chapon. Là, on ne fait qu’un lot dans l’année. »

Isabelle et Guillaume Meignan ont à cœur d’élever leurs volailles de la manière la plus traditionnelle possible. Celles-ci arrivent sur l’exploitation à un jour. Seuls les chapons et pintades-chapons font exception. « On les reçoit au mois d’août. Ils ont alors six semaines et sont déjà castrés. On a choisi de fonctionner comme cela car nous en faisons de toutes petites quantités et il serait compliqué pour nous de faire l’opération. »

Toutes les volailles sont ensuite élevées en plein air et nourries avec les céréales de la ferme. « Cela fait deux ans qu’on leur donne les céréales que l’on a cultivées. Avant nous n’avions pas le terrain qu’il fallait, mais nous avions déjà la volonté de le faire. On voulait être le plus indépendant possible. Notre objectif c’est de produire une volaille dans son intégralité, de faire le plus de choses nous-mêmes. »

Une fois arrivées à maturité, les volailles sont directement abattues à la ferme. « Nous ne faisons que très peu de découpes. Cette année, on va peut-être en faire un peu plus, car avec la crise de la Covid-19, si les familles ne peuvent pas se réunir, on risque d’avoir moins de demandes concernant les grosses volailles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53