Aller au contenu principal

Les Volailles du Plessis :« Faire de l’élevage traditionnel »

Quand on pense repas de fêtes de fin d’année, on imagine souvent une volaille dorée au four trônant au milieu de la table. Chapon, dinde, oie, pintade façon chapon... À vous de choisir en fonction de vos préférences.

Isabelle Meignan, productrice de volailles à Marigné-Peuton
Isabelle Meignan, productrice de volailles à Marigné-Peuton
© Droits réservé

Isabelle et Guillaume Meignan élèvent justement des volailles à la ferme du Plessis, à Marigné-Peuton. Toute l’année, ils produisent des poulets, des canards et des pintades. « On fait un lot toutes les 4 semaines et on les garde au minimum 14 semaines avant de les abattre », indique Isabelle Meignan. Pour les fêtes, leur gamme s’élargit : « On propose de la dinde, de l’oie, du chapon et de la pintade façon chapon. Là, on ne fait qu’un lot dans l’année. »

Isabelle et Guillaume Meignan ont à cœur d’élever leurs volailles de la manière la plus traditionnelle possible. Celles-ci arrivent sur l’exploitation à un jour. Seuls les chapons et pintades-chapons font exception. « On les reçoit au mois d’août. Ils ont alors six semaines et sont déjà castrés. On a choisi de fonctionner comme cela car nous en faisons de toutes petites quantités et il serait compliqué pour nous de faire l’opération. »

Toutes les volailles sont ensuite élevées en plein air et nourries avec les céréales de la ferme. « Cela fait deux ans qu’on leur donne les céréales que l’on a cultivées. Avant nous n’avions pas le terrain qu’il fallait, mais nous avions déjà la volonté de le faire. On voulait être le plus indépendant possible. Notre objectif c’est de produire une volaille dans son intégralité, de faire le plus de choses nous-mêmes. »

Une fois arrivées à maturité, les volailles sont directement abattues à la ferme. « Nous ne faisons que très peu de découpes. Cette année, on va peut-être en faire un peu plus, car avec la crise de la Covid-19, si les familles ne peuvent pas se réunir, on risque d’avoir moins de demandes concernant les grosses volailles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Sima 2022 : quatre exposants mayennais, quatre matériels phares
Du 6 au 10 novembre, quatre entreprises mayennaises étaient présentes à la 100e édition du Sima au parc des expositions Paris…
L'Open Dairy Show est organisé par l'association Vach'Open Show, basée à Pommerieux, en Mayenne.
Holstein : grande première pour l’Open Dairy Show
Vendredi 25 et samedi 26 novembre 2022, le parc Saint-Fiacre de Château-Gontier-sur-Mayenne accueillera l’Open Dairy Show. Ce…
Lait : un Gaec, deux Astronaut, deux Discovery
Vendredi 18 novembre 2022, dans le cadre des 30 ans de son premier robot de traite, Lely proposait une ferme ouverte : celle du…
Départemental Prim’Holstein : Orbella sur la plus haute marche
Une soixantaine d’animaux de la race Prim’Holstein ont défilé sur le ring de Château-Gontier, samedi 5 novembre, pour le concours…
Haies : la jeunesse mayennaise veille sur le bocage
Lundi 14 novembre 2022, la Fédération régionale des chasseurs (FRC) des Pays de la Loire organisait une plantation de haies…
Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest
La luzerne : « c’est 2 500 kg de protéines par hectare »
Interview de Antoine Prioux, président de la coopérative Déshyouest, de retour du congrès mondial de la luzerne qui s'est tenu à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 90€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53