Aller au contenu principal

Les lycéens retournent sur les bancs de l'école

Jeudi 28 mai, le Premier ministre a annoncé la réouverture des lycées à partir du 2 juin. Comme dans les écoles et les collèges, un protocole sanitaire stricte est à respecter. En Mayenne, les établissements agricoles se sont organisés pour assurer la meilleure continuité scolaire possible tout en protégeant leurs élèves et leurs équipes.

© N.C

Lycées des métiers de l’agriculture : pas d’ouverture

Le Lycée agricole de Château-Gontier a décidé ne pas rouvrir ses portes avant septembre. Frédéric Lalanne, son directeur, nous explique sa décision. « Nous avons fait le choix de continuer les cours par correspondance. Les élèves, de plus de 16 ans, vont voir leur période de stages avancée au 15 juin. Ils vont donc passer une à deux semaines de plus en entreprise. Nous avons également rajouté un protocole sanitaire que nous avons transmis aux maîtres de stages. L’idée est de leur rappeler les précautions à prendre en termes de gestes barrière, espaces partagés… Nous avons pris cette décision, car, à l’heure actuelle cela ne nous semblait pas possible de rouvrir l’établissement en respectant les mesures sanitaires. Nous préférons prendre le temps de nous organiser pour assurer une rentrée sécurisée en septembre plutôt que de nous précipiter. Afin de nous organiser, nous faisons des réunions toutes les semaines. D’une part pour voir comment réaménager le lycée et particulièrement les espaces communs comme la restauration ou l’internat. D’autre part, nous nous réunissons aussi pour échanger sur la continuité des cours. Nous partageons les expériences, discutons sur des outils qui permettent de faire des cours en visioconférence, d’envoyer des QCM… Il reste encore beaucoup d’incertitudes sur l’avenir, c’est pourquoi nous préférons nous préparer à plusieurs éventualités. »

Agricampus : ouvert, pour certains…

Depuis le 2 juin, l’Agricampus de Laval a rouvert ses portes, mais uniquement à une partie de ses élèves. « Premièrement, nous avons fait le choix de laisser tous ceux qui passent des examens, donc tous les terminales et les élèves en deuxième année de BTS, chez eux », indique Patrick Delage, directeur de l’Agricampus. Le 2 juin, seulement 80 lycéens en classe de première professionnelle et en première année de BTS sont retournés sur les bancs de l’établissement. « Nous les faisons revenir pour quelques jours. Ils partent ensuite en stage et reprennent leur calendrier de formation habituel. » Lundi 8 juin, les secondes et les premières générales et technologiques ont fait leur grand retour. Ce retour progressif des étudiants a permis à l’Agricampus de Laval de s’organiser au mieux pour les accueillir tout en respectant le protocole sanitaire. « Le principal lieu de croisement est la restauration. Nous avons fait le choix de faire passer les élèves par classe, toutes les 10 min. Les repas sont servis directement au plateau. Nous avons la chance d’avoir un réfectoire assez grand pour espacer les lycéens. Quand ils ont fini de manger, ils mettent les chaises sur la table pour montrer que cette place n’est plus disponible. » Pour ce qui est de l’internat, la première semaine les élèves étaient à un par chambre, puis maximum deux dans des chambres de quatre. « C’est vrai que ça a pu être un peu dur au départ pour eux de se retrouver seul, mais maintenant ça va mieux. » Patrick Delage se dit globalement satisfait du déroulement de cette rentrée. « Ce n’est pas toujours évident de faire respecter les gestes barrière, mais en étant pédagogue avec les lycéens, ils finissent par s’y faire. Cette reprise progressive nous permet de faire des ajustements pour que les élèves se sentent bien et reviennent en toute sécurité. »

Lycée Rochefeuille : des classes de 15

Au lycée Rochefeuille, seuls les élèves de quatrième professionnelle sont retournés en cours lundi 8 juin. « Ils sont là pour quatre jours de cours avant d’être en congés d’été. Nous avons tout de même tenu à les faire revenir pour reprendre contact avec eux et marquer la transition, le passage avec la nouvelle année qui les attend », explique Patrick Pavy, directeur. Les élèves de seconde et première professionnelles ont, pour la plupart, pu partir en stage. « En ce qui concerne les terminales, l’année est finie. Il ne nous reste plus qu’à envoyer leur dossier scolaire pour validation du diplôme. » Au final, lundi, seuls 30 quatrièmes ont franchi les grilles de l’établissement. La journée a commencé par une conférence autour des gestes barrière. Les élèves ont ensuite pu rejoindre leur salle. « 85 % des quatrièmes sont présents. Cela nous permet d’avoir deux classes de 15 élèves. » Si pendant les cours les collègiens n’ont pas l’obligation de porter des masques, ils doivent cependant les mettre dans les espaces de circulation. Les masques ont été fournis par l’établissement. Pour ce qui est de la restauration, le lycée a fait le choix de garder un fonctionnement de self en instaurant, à l’entrée, un protocole de désinfection des mains. « Nous avons un espace suffisamment grand pour respecter les règles de distanciation. Ils seront deux ou trois par table. » L’internat, quant à lui, accueille 16 élèves et chacun d’entre eux dispose de sa propre chambre. Malgré le protocole sanitaire, Patrick Pavy souhaitait partager un moment chaleureux avec ses lycéens. « Il est important d’être dans la prudence, mais il l’est tout autant d’être dans le convivial. » 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53