Aller au contenu principal

Les agriculteurs entendus sur le projet de photovoltaïque au sol

Une quinzaine d’agriculteurs, ainsi que les présidents de la chambre d’Agriculture, de la Fdsea et des Jeunes Agriculteurs, sont venus, le 3 octobre 2018, déposer leurs observations et dossiers contre le projet de centrale photovoltaïque au sol à Villaines-la-Juhel.

Le groupe d’agriculteurs venu remettre ses observations et dossiers contre l’implantation d’un champ de panneaux photovoltaïques au sol.
Le groupe d’agriculteurs venu remettre ses observations et dossiers contre l’implantation d’un champ de panneaux photovoltaïques au sol.
© Roxane de Witte - Agri53

« Dans certains départements urbains, on nous parle de faire pousser les légumes sur les toits. Nous, nous remettons les choses dans le bon sens : les légumes, c’est dans les champs et les panneaux photovoltaïques, c’est sur les toits », déclare avec conviction Stéphane Guioullier, président de la Chambre d’agriculture. II était, mercredi 3 octobre, en compagnie de Philippe Jehan, président de la Fdsea, Jérémy Trémeau, président des Jeunes Agriculteurs de la Mayenne, et d’une quinzaine d’agriculteurs, venu à la mairie de Villaines-la-Juhel pour déposer dossier et observations contre le projet d’implantation d’une centrale photovoltaïque au sol sur le territoire de Villaines-la-Juhel. Ce projet, lancé en mars dernier, pourrait englober près de sept hectares de terre agricoles et impacter directement les agriculteurs locaux. Le commissaire enquêteur, chargé d’une enquête publique sur le projet, les a entendus, à tour de rôle, pendant un peu plus de deux heures.

« Ce projet est en contradiction avec la charte « Agriculture et paysage » signée en 2010 par le préfet de la Mayenne, le Conseil général, le président de l’association des maires, adjoints et présidents de communautés de la Mayenne », rappelle Philippe Jehan. Le président des JA, a exprimé son inquiétude sur l’impact d’un tel projet sur le foncier et donc sur l’implantation des jeunes agriculteurs en Mayenne. Le commissaire enquêteur, attentif, a questionné chacun des intervenants sur ce dossier.

Les 3 points à retenir

• Pression sur le foncier. L’argument principal des JA d’opposition au projet repose sur la pression qui serait exercée sur le foncier si les terres agricoles sont mises en concurrence avec des terres énergétiques. De plus, ce projet pose la question du renouvellement des terres agricoles et donc de l’installation des jeunes agriculteurs sur le territoire.

• Le photovoltaïque sur les toits. La chambre d’Agriculture, la Fdsea, les agriculteurs présents et les Jeunes Agriculteurs s’accordent tous pour dire qu’ils sont pour la pose de panneaux photovoltaïques dans le département. Tous, privilégient une pose de panneaux photovoltaïques sur les toits des exploitations agricoles et des bâtiments publics, plutôt que sur des terres agricoles.

• Un agriculteur impacté : « Notre but, c’est de faire comprendre au commissaire enquêteur qu’il s’agit bien de terres agricoles, sur lesquelles l’exploitant produit », explique Liliane Edon, agricultrice en élevage porcin. « C’est cinq ou six hectares aujourd’hui, mais peut-être que ça sera 100 ou 200 hectares de terres agricoles », s’inquiète Stéphane Guioullier devant le commissaire d’enquête, chargé du dossier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53