Aller au contenu principal

Le Salon de l'agriculture 2021 n'ouvrira pas ses portes

C'est officiel depuis mardi 13 octobre, le 58e Salon de l'agriculture est annulé. Ou, plutôt, il aura partiellement lieu, mais sous d'autres formes.

La délégation mayennaise dans les années du Salon en 2020.
La délégation mayennaise dans les années du Salon en 2020.
© LG-Agri53

« Les équipes d'organisation du Salon International de l'Agriculture et du Concours Général Agricole suivent attentivement l'évolution de la situation et travaillent pour assurer la tenue de l'édition 2021 dans des conditions sanitaires optimales », pouvait-on encore lire sur la page d'accueil du site du SIA, mercredi 14 octobre au matin. Mais la décision est tombée la veille, en fin d'après-midi : en 2021, « il n'y aura pas de Salon de l'agriculture tel que vous le connaissez porte de Versailles », a annoncé son président Jean-Luc Poulain, à Agra Presse le 13 octobre, à l'issue d'une réunion décisive du Conseil de l'agriculture française (Caf).
Pour Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture : « La plus grande ferme de France ne se tiendra pas en 2021. Elle va manquer à toute une profession et à des millions de Français. La grande famille de l'agriculture, ces femmes et ces hommes qui travaillent sans relâche pour notre alimentation, doit être saluée, nous le ferons. »

Pas de CGA pour les animaux

« Des éléments du Salon auront tout de même lieu », a précisé Jean-Luc Poulain. « Le salon aura lieu sous une autre forme, plus restreinte. » Ainsi, en accord avec le ministère de l'Agriculture, le concours général agricole (CGA) des produits se tiendra « dans trois ou quatre villes de province ».
Cela ne sera pas le cas pour le CGA des animaux, une majorité de races s'étant exprimée contre sa tenue cette année.
Une alternative au Hall des régions sera proposée au travers de marchés de produits fermiers à Paris et en province.
Enfin, les organisateurs recherchent un lieu à Paris pour accueillir professionnels et politiques, dont le président de la République, pour une journée de débat, autour notamment du thème de la « souveraineté » alimentaire. « Nous allons essayer de garder les débats médiatiques qui ont lieu chaque année entre politiques et professionnels », souhaite Jean-Luc Poulain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Préparer la saison de pâturage en organisant le parcellaire
La bonne organisation de son circuit de pâturage est la première précaution à prendre pour éviter les mauvaises surprises, mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53