Aller au contenu principal

Le Salon de l'agriculture 2021 n'ouvrira pas ses portes

C'est officiel depuis mardi 13 octobre, le 58e Salon de l'agriculture est annulé. Ou, plutôt, il aura partiellement lieu, mais sous d'autres formes.

La délégation mayennaise dans les années du Salon en 2020.
La délégation mayennaise dans les années du Salon en 2020.
© LG-Agri53

« Les équipes d'organisation du Salon International de l'Agriculture et du Concours Général Agricole suivent attentivement l'évolution de la situation et travaillent pour assurer la tenue de l'édition 2021 dans des conditions sanitaires optimales », pouvait-on encore lire sur la page d'accueil du site du SIA, mercredi 14 octobre au matin. Mais la décision est tombée la veille, en fin d'après-midi : en 2021, « il n'y aura pas de Salon de l'agriculture tel que vous le connaissez porte de Versailles », a annoncé son président Jean-Luc Poulain, à Agra Presse le 13 octobre, à l'issue d'une réunion décisive du Conseil de l'agriculture française (Caf).
Pour Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture : « La plus grande ferme de France ne se tiendra pas en 2021. Elle va manquer à toute une profession et à des millions de Français. La grande famille de l'agriculture, ces femmes et ces hommes qui travaillent sans relâche pour notre alimentation, doit être saluée, nous le ferons. »

Pas de CGA pour les animaux

« Des éléments du Salon auront tout de même lieu », a précisé Jean-Luc Poulain. « Le salon aura lieu sous une autre forme, plus restreinte. » Ainsi, en accord avec le ministère de l'Agriculture, le concours général agricole (CGA) des produits se tiendra « dans trois ou quatre villes de province ».
Cela ne sera pas le cas pour le CGA des animaux, une majorité de races s'étant exprimée contre sa tenue cette année.
Une alternative au Hall des régions sera proposée au travers de marchés de produits fermiers à Paris et en province.
Enfin, les organisateurs recherchent un lieu à Paris pour accueillir professionnels et politiques, dont le président de la République, pour une journée de débat, autour notamment du thème de la « souveraineté » alimentaire. « Nous allons essayer de garder les débats médiatiques qui ont lieu chaque année entre politiques et professionnels », souhaite Jean-Luc Poulain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53