Aller au contenu principal

Le Drive 53 répond à la demande des clients

Le Drive fermier 53 est né en 2013 de l’initiative de 12 producteurs du réseau Bienvenue à la ferme qui cherchaient des solutions complémentaires de commercialisation. L’idée principale était de faciliter l’achat des produits fermiers aux consommateurs plutôt urbains qui ne prenaient pas le temps de se rendre sur les exploitations.

Les files d'attente sont mises en place pour respecter les distances de sécurité sanitaire, comme ici au local du Drive fermier 53, à la Maison des Agriculteurs, à Changé.
Les files d'attente sont mises en place pour respecter les distances de sécurité sanitaire, comme ici au local du Drive fermier 53, à la Maison des Agriculteurs, à Changé.
© Drive fermier 53

Faire ses courses en toute liberté

Ainsi le client est libre de composer son panier en ligne sur www.drive-fermier.fr/53 jusqu’au lundi soir minuit de payer en ligne et de venir le retirer soit le jeudi soir de 16 h 30 à 19 h 30 soit le vendredi de 12 h à 14 h. Sans abonnement ou montant minimum, il règle ses achats en ligne et choisit son point de retrait soit le jeudi à la Chambre d’agriculture ou au lycée agriculture soit le vendredi à la Chambre d’agriculture.

Une progression constante

Les producteurs mayennais qui se sont lancés dans l’aventure ont rapidement pu compter un groupe de 15 producteurs pour arriver fin 2019 à 28 et tous issus du réseau Bienvenue à la ferme. Les commandes suivent le même rythme de progression pour atteindre une moyenne de 95 commandes par semaine en 2019. Chaque année, l’ensemble du groupe se remet en cause afin d’améliorer les pratiques et organisations pour intégrer les nouveaux producteurs et satisfaire la demande ainsi que l’exigence des clients.

Une offre toujours plus complète

Les producteurs sont responsables du produit de la ferme à l’assiette pour garantir la traçabilité. Aussi, ce sont plus de 350 références permanentes qui sont proposées à la vente chaque semaine : fruits et légumes, viandes, volailles, œufs, foie gras et confits, confitures, jus de fruits, miel, fromages au lait de chèvre, yaourts au lait de vache ou de chèvre, huiles, farines, pains, pâtes, produits cidricoles, plats préparés et terrines, plants de légumes et horticoles…

Une année 2020 particulière

Cette évolution a continué début 2020 pour atteindre une moyenne de 125 commandes par semaines en janvier-février. Puis, dans un contexte de Coronavirus, les ventes se sont envolées pour atteindre 210, 270 et même 380 commandes par semaine (comme Agri53 le soulignait dans son édition de la semaine dernière, ndlr). Les producteurs ont pensé « solidarité » et ont fait le choix de livrer leurs denrées alimentaires dans les points de livraison tout en exigeant le respect des mesures sanitaires. Ainsi, chaque semaine, ils s’organisent, mettent gants et masques, proposent gel hydroalcoolique et sécurisent au maximum les distributions en rappelant les gestes barrières afin de permettre aux fidèles clients ou nouveaux inscrits de (re) trouver des produits locaux, de saison et de qualité. Ils ont même proposé un point de retrait éphémère chez un producteur à Marigné-Peuton, et ce, afin de se rapprocher des besoins clients.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53