Aller au contenu principal

L’Aspi Concept : un robot aspirateur de lisier innovant

L’entreprise CRD à Ernée est experte dans le domaine du traitement des effluents agricoles. Depuis le début de l’année, elle commercialise un robot aspirateur de lisier.

© LG

Spécialisée dans le traitement des effluents agricoles, l’entreprise CRD, située à Ernée, révolutionne la robotique agricole. Depuis le début de l’année, elle commercialise deux nouveaux robots : un aspirateur et un racleur (voir encadré).

Créé en 1998 par Louis Rolland, CRD ne cesse d’innover. « Au départ, nous étions quatre. Nous avons d’abord commencé par fabriquer des racleurs hydrauliques », explique Jean-Claude Blin responsable commercial. Rapidement, l’entreprise met au point différentes sortes de racleurs, de pompes à lisier, de séparateurs, de mixeurs et commence même à s’intéresser à la méthanisation (voir Agri53 n°202).

Aujourd’hui, CRD emploie une quarantaine de salariés. Une dizaine d’entre eux se consacre au bon développement des robots. « On travaille sur ce projet depuis environ 3 ans. » CRD propose désormais deux nouveaux robots. Parmi eux : l’Aspi Concept, un robot autonome aspirateur de lisier.

Des robots qui s’adaptent au bâtiment

L’Aspi Concept est prévu pour fonctionner en élevage bovin. « On estime que le troupeau idéal est de 80 vaches. Au-delà de 100, il faut en installer un deuxième. » De par sa taille, 1,50 m de diamètre et 75 cm de haut, cet aspirateur est davantage destiné à des bovins adultes. « Nous allons prochainement en proposer un convenant mieux aux petites génisses. Il aura un volume utile moins important et fera 40 cm de haut pour passer sous des barrières plus basses. Pour 2021, nous prévoyons aussi de développer un robot aspirateur pour les élevages porcins. »

Cet outil est conçu pour s’adapter aux stabulations. Il est guidé par un système de cartographie. « Après avoir cartographié le bâtiment, on détermine les trajectoires qu’il va devoir suivre. On peut faire tout ce que l’on veut. On peut par exemple décider que le robot passera plus régulièrement à tel ou tel endroit, ou qu’il évite les zones d’alimentation lorsque les vaches sont à l’auge. » Ces trajectoires sont modifiables par les techniciens ou par les agriculteurs eux-mêmes : « les éleveurs ont une application pour gérer leur robot. »

Pour se repérer dans l’espace, l’Aspi Concept est également équipé de lidars. Ceux-ci permettent à l’aspirateur d’identifier les objets fixes et mobiles. « Grâce à cette technologie, aucuns travaux d’aménagement des bâtiments n’est à prévoir. Il n’y a pas de rail, le robot se déplace facilement. Normalement, la seule chose à installer est une borne de chargement. » Ce robot fonctionne même en pente à 10 %.

Des animaux plus propres

Grâce à l’Aspi Concept, le sol des stabulations et les vaches sont plus propres. « Il aspire tout. Contrairement à un racleur, il n’y a pas de lisier qui traîne devant et dans lequel les animaux risquent de mettre leurs pattes. » Cela permet également de limiter certaines maladies. « C’est flagrant. Les gens qui ont des problèmes de dermatites ou autres font tout de suite la différence. On ne peut pas supprimer ces problèmes à 100 %, mais il y a déjà une réelle amélioration. » Cet outil aspire jusqu’à 350 L de lisier avant de se vider et possède un réservoir d’eau de 70 L permettant d’arroser les sols.

Les animaux s’habituent également très bien à ce robot. « En un jour les vaches s’y sont faites. C’est bien plus rapide qu’avec un racleur. » Plusieurs éléments entrent en compte : « Il a un petit diamètre donc les bovins le contournent facilement. Il est aussi très silencieux. Et pour prévenir de son arrivée, on peut mettre en place un système sonore. »

Simplifier le travail des éleveurs

L’Aspi Concept permet de réduire le temps de travail des agriculteurs. Celui-ci est totalement autonome. « Les éleveurs sont libérés de la contrainte soit de devoir racler avec leur tracteur ou de mettre les racleurs en services. La seule chose à faire c’est de passer un coup de chiffon sur les lidars une à deux fois par jour. »

Il demande également peu d’entretien. « C’est un outil résistant. On a limité les pièces d’usures, on a fait une structure très solide en inox. Les roues sont aussi anti-crevaison. On prévoit de faire une visite annuelle pour voir l’état des robots. Mais il y a peu de pannes. »

L’Aspi Concept coûte 29 390 €. Il faut en plus rajouter le prix de la mise en œuvre, soit environ 2000 €. « Cela comprend le câblage, éventuellement l’installation d’une arrivée d’eau, la cartographie... »

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/Yk1orisiHMU" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Yvan Romagné, éleveur de volailles standards et de volailles fermières.
Volailles standards et fermières « des activités complémentaires »
En juillet 2016, Yvan Romagné s’est installé en volailles standards et fermières à La Bigottière. Si l’association de ces deux…
Le tir du sanglier, à l'affût, est autorisé depuis le 1er juin 2021.
Sangliers : tir de nuit demandé
En raison des nombreux dégâts observés dans les cultures, mercredi, la FDSEA a demandé à l’Administration d’autoriser le tir de…
Bouteille et verre de lait
E.Leclerc fait augmenter les prix… aux producteurs
Dans un communiqué diffusé mercredi 9 juin, E.Leclerc revalorise le prix du lait de 5 €/1 000 litres. Cela concerne 25 000…
Siège social de Lactalis, à Laval.
Lactalis : + 5,9 % de chiffre d’affaires en 2020
Avec un chiffre d’affaires à la hausse en 2020 : Lactalis poursuit sa progression et évoque, pour 2021, de meilleurs prix payés …
La relève est assurée
Jeudi 20 mai, l’Anefa 53 a tenu son assemblée générale au CFP la Futaie, à Port-Brillet. À l’occasion d’une table ronde, cinq…
Au Gaec de l’Aubépine, Mickaël Côme est responsable de l’atelier de bovins allaitants. Sur son site à La Chapelle-Rainsoin, il élève entre 65 et 70 mères de race limousine dont la descendance, à environ 70 %, sera valorisée avec le label Blason Prestige. Il pose ici avec Charlotte Pertuisel, conseillère élevage bovin, qui suit l’élevage pour la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire.
Innov’action : trouver l’équilibre entre revenu et environnement
La journée Innov’action consacrée à la viande bovine se tiendra le mardi 22 juin, à La Chapelle-Rainsoin. Le thème : « …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53