Aller au contenu principal

La loi Egalim ne règle pas tout

Deux observations dans le même rayon boucherie-traiteur d'un hypermarché de Laval et le doute s'installe : la loi Egalim est-elle vraiment respectée ?

Vendredi 17 janvier, on pouvait acheter deux poules au prix d'une
Vendredi 17 janvier, on pouvait acheter deux poules au prix d'une
© VG

Vendredi 17 janvier, le rayon boucherie traditionnelle de l'hypermarché Carrefour de Laval, proposait une promotion sur la volaille en af-fichant, bien lisible sur une ardoise, « Bon plan, 1 acheté = 1 offert ». Il s'agissait de « poule élevée au sol » et vendue sous la marque « Sélection du volailler », au prix de 6,90 EUR le kilo, hors promotion.

 

Mardi 21 janvier, en fin de matinée, même magasin, même type d'ardoise : « Bon plan, 1 acheté =1 offert ». Avec une profusion des ardoises dans l'étal du rayon traiteur, devant des ailerons de poulets assaisonnés, des merguez, des blancs ou des cuisses de poulet... Intéressant pour le porte-monnaie des consommateurs. On pensait cependant que la loi Egalim avait quelque peu restreint voire supprimé les promotions sur les produits alimentaires, avec une limite à 34 %. Là, avec du « 1 acheté = 1 offert », on dépasse largement la limite fixée par la loi Egalim.

Une limite confirmée par téléphone par les services Direction départementale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes  : « les promotions, sur les produits alimentaires, ne peuvent plus dépasser les 34 % ». Du cô-té des éleveurs, la réaction est du même ordre. D'abord perplexe en regardant la photo de vendredi der-nier, Jean-Yves Guérot, éleveur de volailles à Changé et membre du bureau Fdsea 53, n'en revient pas : « dans le monde de l'élevage, il n'ar-rête pas de pleuvoir des contraintes et des normes de plus en plus dif-ficiles à mettre en oeuvre. Et là, une preuve qu'au moins un des gros faiseurs se joue de la réglementa-tion. Cela ne se fait pas », peste-t-il. Espérant qu'il s'agissait d'un « one shot » ou bien de l'application de l'adage « pas vu, pas pris »...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Préparer la saison de pâturage en organisant le parcellaire
La bonne organisation de son circuit de pâturage est la première précaution à prendre pour éviter les mauvaises surprises, mieux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53