Aller au contenu principal

« Je n’ai jamais vu des maïs comme cela ! »

Jeudi 13 août, des représentants de la Ddt, de la Chambre d’agriculture et des syndicats agricoles ont fait un tour de parcelles dans le département. Objectif : estimer l’état des fourrages avant récolte pour instruire un éventuel dossier de calamité sécheresse.

Claude Charon représentait la Chambre d'agriculture de la Mayenne à ce tour de champs des fourrages, avec la Ddt et les syndicats agricoles.
Claude Charon représentait la Chambre d'agriculture de la Mayenne à ce tour de champs des fourrages, avec la Ddt et les syndicats agricoles.
© VG-Agri53

Claude Charon représentait la Chambre d’agriculture, jeudi 13 août 2020, pour ce tour des parcelles. « Nous avons visité six exploitations », explique Claude Charon. À Ballots, Chemazé, Saint-Denis-d’Anjou, Assé-le-Bérenger, Saint-Fraimbault-de-Prières et Villepail. À Ballots, « les maïs ont souffert de la sécheresse, mais avec des rendements qui vont rester à peu près corrects. Les 70 mm d’eau qu’ils ont pris mardi 12 et mercredi 13 août vont leur permettre de finir leur croissance et de prendre de la qualité. C’est aussi vrai, à moindre mesure, pour Chemazé. » Par contre, vers l’Est, Claude Charon ne s’attendait pas « à trouver un département aussi sec. Dans les exploitations visitées ou le long des routes, on voit bien que les maïs cette année, c’est vraiment la misère ! », poursuit l’élu. « Par endroits, ce n’est même pas la peine de mettre l’ensileuse en route ».

Une année « catastrophique » pour les exploitants de l’Est de la Mayenne, liée au déficit de précipitations : si en mai il y en a eu des pluies, mais en juin, seulement entre 15 ou 20 mm. « À Saint-Denis d’Anjou, note Stéphane Dalifard qui a suivi la délégation pour la Fdsea, on a des maïs totalement secs qui font à peine 50 cm de haut. » « Les plantes ont séché au lieu de mûrir, reprend Claude Charon. Les épis ne sont pas arrivés à bonne maturité. Les grains se sont racornis. » La délégation a fait des comptages sur des zones témoins d’un are. « Dans des parcelles à 80 000 pieds par hectare, seulement 20 000 pieds ont des épis à peu près viables », remonte l’élu de la Chambre.

Alors calamité sécheresse ou pas ? Pour y répondre, il faudra cependant attendre la fin des ensilages et l'estimation des stocks fourragers pour la suite de ce dossier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53