Aller au contenu principal

Intermarché participe à la hausse du prix du lait

Après Bel, le Groupe Intermarché poursuit ses accords sur les produits laitiers, mettant en application la loi Egalim et permettant une revalorisation des prix payés aux producteurs.

© VG

Dans une interview accordée aux Échos, le directeur général du groupe Savencia Formage & Dairy, Jean-Paul Torris, et Thierry Cotillard, président d’Intermarché et Netto, confirment la signature d’un accord qui se traduit par « un prix de 375 euros au mille litres de lait pour les produits de grande consommation » fabriqués et distribués en France. Ce qui représenterait, selon Jean-Paul Torris, « une hausse moyenne de 6 % et de 11 % sur deux ans » pour les producteurs.
Dans un communiqué publié sur le site du Groupement des Mousquetaires, le vendredi 14 décembre, Antoine Autran, directeur général ouest de Savencia, souligne « l’attitude proactive d’Intermarché dans le cadre des négociations commerciales 2019 ». Et de préciser : « une
hausse des prix d’achat de ses fromages dès janvier 2019 permettra au Groupe Savencia de s’engager sur une revalorisation du prix du lait aux producteurs à hauteur de 375 €/1 000 L, produits de grande consommation France toutes primes comprises et à composition réelle, pour la quote-part d’Intermarché dans la collecte Savencia ». Une bonne nouvelle pour les producteurs
laitiers, même si le prix du lait qui leur sera payé n’arrivez pas à cette hauteur.

« Un pas de souris »

« Nous saluons cet accord, confie Marie-Laure Bechepois, présidente de l’Op Perrault, c’est une avancée : les Gms et les industriels commencent à penser qu’il va falloir rémunérer les producteurs. » Elle souligne cependant que « la marge n’y est pas, car ces 375 € entrent dans le mix-produit de l’entreprise. C’est donc un élément de calcul du prix qui nous est payé. Et en aucun cas il ne s’agit du prix payé aux producteurs », insiste-t-elle. Et de conclure : « ce n’est qu’un pas de souris, là où nous attendons un pas de girafe… »
Sur les 3,8 milliards de litres de lait que transforme Savencia en France, 1,8 milliard serait concerné par cet accord. Le Groupe Savencia espère aussi « pouvoir enchaîner avec d’autres distributeurs ». L’esprit Ega est également souligné par les signataires. Avec cet accord, on est loin des signatures « à l’arrache », en toute dernière minute le 28 février…
À noter que cet accord, selon les signataires, « sera accessible à des auditeurs indépendants et certifiés, afin de contrôler, en toute confiance et transparence, la redescente aux producteurs de lait de l’intégralité de cette augmentation de tarif ».

Avec Sodiaal aussi !

Le groupe Intermarché a également signé un autre accord, avec Sodiaal (marques Yoplait, Entremont, Candia), qui doit permettre une revalorisation du prix payé au producteur. « Avec cet accord, indique le site d’informations LSA, Sodiaal va rémunérer ses 20 000 sociétaires éleveurs à hauteur de 370 euros/1 000 litres. La revalorisation va être appliquée à partir du 1er mars 2019, avec un contrat annuel. » Cela dit, comme avec Savencia, « il fait prendre en compte le mix-produit de la coopérative, précise l’éleveur mayennais Jean-Pierre Faucon, administrateur Sodiaal Union. « L’accord va tirer les prix payés aux producteurs vers le haut, mais l’accord ne concerne que les produits de grande consommation (Pgc) vendus à Intermarché. Or, rappelle Jean-Pierre Faucon, les Pgc vendus en France pèsent 40 % de la production de notre coopérative. » Et les éleveurs devront patienter jusqu’au 1er mars 2019, comme nous l’a confirmé Jean-Pierre Faucon.
Pour Sodiaal, et toujours selon LSA, « cet accord n’est pas une finalité, mais doit faire un effet boule de neige ». Sodiaal collecte 4,7 milliards de litres de lait et est leader du marché en France.
Quant à Intermarché, avec les accords passés avec Bel, Savencia et Sodiaal, il prend la pole position de la grande distribution pour l’application des principes issus des Ega et de la charte filière signée en décembre 2017.

Lidl contractualise du lait sans Ogm à un prix de base de 370 €/1000 L

Dans un communiqué de presse du 18 décembre, Lidl annonce renouveler, pour la troisième année, le contrat tripartite qui le lie avec la laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel et l’Association des producteurs de lait du bassin centre (Aplbc).
Le prix du lait sans Ogm, payé aux producteurs, a été réévalué à 370 €/1000 l, « soit environ 390€/1000l toutes primes confondues ». De plus, les volumes de lait livrés seront triplés passant de « 9 à 28 millions de litres et seront vendus sous la marque Envia, la marque de distributeur de l’enseigne », indique le discounter. Lidl travaille également dans le cadre de contrats tripartites dans les secteurs du boeuf et du porc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53