Aller au contenu principal

Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : un fonds d'urgence pour les éleveurs laitiers

En raison de l'incendie de l'usine de Lubrizol, survenu le 26 septembre 2019, plus de 500 éleveurs sont dans l'incapacité de livrer leur lait. Sous la pression de la Fnpl, le Cniel a décidé de débloquer un fonds d'urgence pour accompagner les éleveurs et pallier les problèmes de trésorerie.

L'incendie de l'usine de Rouen a des conséquences directe sur le monde agricole : plus de 500 éleveurs sont touchés.
L'incendie de l'usine de Rouen a des conséquences directe sur le monde agricole : plus de 500 éleveurs sont touchés.
© Rouen.fr

Suite à l'incendie de l'usine Lubrizol, plus de 500 éleveurs, dont 200 en Seine-Maritime, ne peuvent livrer leur lait, car des analyses sont en cours afin de déterminer s'il est propre à la consommation. « Le sinistre ayant eu lieu jeudi, la collecte a pu s'effectuer les deux-trois premiers jours, mais les tanks réfrigérés sont pleins, or un éleveur laitier doit livrer son lait toutes les 48 heures », détaille Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la Fnpl. Ils vont ainsi se retrouver dans l'obligation de jeter leurs productions. « Pour accompagner et appuyer ces éleveurs victimes d'un préjudice important, la Fnpl a milité, et obtenu, que l'interprofession laitière débloque un fonds d'urgence », se félicite la vice-présidente. Elle souligne qu'il ne s'agit pas de se substituer aux indemnisations des assurances, ni à la responsabilité de l'État..., mais bien d'agir dans l'urgence et de pallier de potentiels problèmes de trésorerie pour les « libérer ». Les éleveurs qui devront détruire leurs productions recevront une compensation égale à la somme qu'ils auraient perçus en vendant cette production, « dans les délais de leur rémunération usuelle c'est-à-dire à la fin du mois », précise Marie-Thérèse Bonneau. « Nous devions agir dans l'urgence pour régler ces problèmes de trésoreries, notre rôle est d'aider les éleveurs », insiste-t-elle.
La Fnpl devrait également épauler les éleveurs touchés par le sinistre en les aidant à se constituer en association de défense pour qu'ils portent plainte et qu'ils puissent être indemnisés de toutes leurs pertes, lait, mais aussi fourrage, logistiques...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53