Aller au contenu principal

Gaec et sociétés : « Généraliser le droit à l'essai à l'ensemble du territoire »

Gaec et Sociétés a tenu son congrès à Torcy, en Saône-et-Loire les 13 et 14 juin 2019. Gilles Brenon, président de Gaec et Sociétés, explique que leur ambition est de généraliser ce droit à l'ensemble de la France, car il offre aux associés la possibilité de tester la compatibilité de leur projet, mais aussi leur capacité à travailler en commun.

Gilles Brenon, président de Gaec et Sociétés
Gilles Brenon, président de Gaec et Sociétés
© Capture DR

Cette année, l'objectif du congrès de Gaec et sociétés était de présenter le droit à l'essai à l'ensemble des participants. Ce droit, qui permet aux futurs associés de se « tester » pendant un an, est utilisé en Haute-Savoie depuis déjà de nombreuses années. Interview.

 

Quel est le thème principal de ce congrès de Gaec et Sociétés ?

Gilles Brenon : Cette année ce que l'on voulait vraiment aborder, c'est la possibilité de mettre en place le droit à l'essai. Nous venons de valider le projet global, nous le présentons depuis hier jeudi et ce vendredi 14 juin, pour le préproposer aux représentants des sections agriculture de groupe de tous les départements de France. Nous leur avions promis cela l'année dernière, qu'ils puissent s'enrichir avec du contenu.

 

Qu'est-ce que le droit à l'essai ?

G.B. : Le droit à l'essai, c'est donner la possibilité à deux exploitations ou à deux associés de se rapprocher et d'essayer le travail en commun pendant une période donnée, qui doit être au minimum d'un an. Il permet aux gens de se connaître, de se rencontrer, de partager, et de construire ensemble un projet d'avenir, avant de passer à l'étape d'après, c'est-à-dire, constituer ou enrichir une société. Cela peut se faire avec la mise en place des règles qui donnent la possibilité de travailler convenablement, en ayant mis en place un accompagnement clair sans avoir occulté le fonctionnement de la structure ni les relations humaines à l'intérieur du groupe. Ce droit existe déjà en Haute-Savoie, depuis de nombreuses années, le processus fonctionne relativement bien dans ce département. Nous nous servons de cet exemple-là pour pouvoir le vulgariser au niveau national. Notre ambition est de le généraliser à tous les départements français.

Comment partagez-vous sur ce sujet avec les congressistes ?

G.B. : Dans les faits nous leur avons mis à disposition un fascicule de présentation que nous avons rédigé. Nous favorisons aussi le partage et l'échange entre les participants. De plus, dans le cadre du congrès, il y a eu des visites sur le terrain, en Saône-et-Loire, avec des gens qui voudraient s'essayer ou qui se sont déjà essayés. Ces visites permettent d'entamer des discussions en intergroupe.

 

Quelle est la prochaine étape pour généraliser ce droit ?

G.B. : Ces sujets ont déjà été abordés en assemblée générale l'année dernière et lors de la rencontre nationale « Agriculture de groupe » qui s'est déroulée début 2019. Actuellement, nous sommes en train de peaufiner la rédaction pour aller jusqu'au bout. Grâce aux échanges réalisés lors du congrès, nous verrons s'il y a encore des amendements à rédiger. À terme, l'objectif c'est de partager et de faire valider ce projet par les services de l'État pour pouvoir se donner la possibilité de le mettre en place et sur tout le territoire.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Comment gagner de l’argent en vérifiant simplement votre ration ?
En élevage laitier, plus de 50 % des charges opérationnelles sont liés à la nutrition. Optimiser l’efficacité alimentaire est…
Convois agricoles : les règles pour circuler en sécurité
Un convoi agricole en règle, c’est éviter les risques pour soi et pour les usagers. Avec du matériel de plus en plus imposant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53