Aller au contenu principal

« On est encore l'épargne de précaution des GMS »

Malgré des feux bien verts, le prix du porc était encore à la baisse la semaine dernière.

Jean-Bernard Adam, éleveur de porcs à Hambers et responsable de la section porcine de la Fdsea de la Mayenne.
Jean-Bernard Adam, éleveur de porcs à Hambers et responsable de la section porcine de la Fdsea de la Mayenne.
© Agri53

« On est encore l'épargne de précaution des GMS », c'est ainsi que Jean-Bernard Adam, éleveur de porcs à Hambers et responsable de la section porcine de la Fdsea de la Mayenne, résume la situation actuelle. « Il n'y a pas de retard d'enlèvement dans les porcheries, les porcs partent en heure et en temps. Il y a aussi une relance de la consommation de viande française dans la globalité. Tout cela devrait nous être bénéfique. Malheureusement, on n'en voit pas les bénéfices... », s'indigne-t-il. Encore cette semaine, le quadrant à Plérin restait sur une stagnation par rapport à la semaine passée, avec un prix, lundi 6 avril, à 1,513 EUR/kg. Il était à 1,569 EUR/kg le jeudi 12 mars, comme le souligne le communiqué de presse commun signé de la Frsea et des JA Pays de la Loire, le 3 avril. « En cette période de crise sanitaire, dans laquelle les agriculteurs contribuent largement à l'effort de solidarité, les acheteurs au Marché du Porc Breton ont décidé de diminuer le prix aux éleveurs ! », poursuit le communiqué. Pour le Mayennais Jean-Bernard Adam, une partie de l'explication tient à la structure même des abattoirs français. « Il y a deux politiques qui se mettent en place. Celle des abattoirs dépendant de la grande distribution, à savoir Intermarché et Leclerc, qui n'ont pas de marchés à l'export. En début d'année, la hausse du prix les avait un peu perturbés. Ces abattoirs ont mis la pression et là, ils continuent de l'accentuer pour récupérer les marges de leurs magasins. Quant aux autres abattoirs, comme les prix sont à la baisse, ils s'arrangent de cette situation », analyse-t-il. Et de poursuivre : « nous sommes la dernière roue du carrosse et il faut que nous nous contentions des miettes ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53