Aller au contenu principal

Ensilage et enrubannage : on stocke les fourrages

Après de longs mois de pluie, le soleil a enfin refait surface. Un peu partout en Mayenne, les chantiers d’ensilage et d’enrubannage reprennent. Une première coupe de très bonne qualité selon nos témoins. Cependant, même dans les champs, on n’oublie pas le coronavirus qui a forcé beaucoup d’agriculteurs à transformer leurs habitudes.

© Coll. Menan pour Agri53

• Didier Gauche, Houssay :« Faucher au mois de mars je n’avais jamais vu ça. D’habitude, je le fais plutôt la 2e quinzaine d’avril. Avec l’hiver doux et humide que l’on a eu, l’herbe est très en avance. J’ai fait de l’enrubannage pour pouvoir nettoyer mes prairies et mettre mes vaches à pâturer sans gaspiller de l’herbe. J’ai fauché 9 ha d’herbe avec ma faucheuse assiette. Ce sont des prairies naturelles, anciennement temporaires. J’ai un peu de fétuque, de dactyle, du ray-grass anglais, un peu de tout. Cette année, à cause de la chaleur de l’année dernière il y a un peu moins de trèfle par contre. Pour enrubanner, j’ai fait appel à l’entreprise Chevalier qui avait une nouvelle presse enrubanneuse. Elle fait les bottes et les enrubanne ce qui est un bon avantage. Au total, 50 bottes ont été réalisées. Ce n’est pas beaucoup à l’hectare, mais l’herbe devrait être de bonne qualité. Je pense qu’on doit avoir environ 60 % de matières sèches. »

Benoit Faucon, Mayenne : Même si, alors que la France est confinée, les agriculteurs, eux, retournent dans les champs, certaines précautions sont de mise. Benoit Faucon, éleveur laitier à Mayenne, a adapté sa méthode de travail à la situation actuelle. « On a voulu bénéficier des conditions climatiques pour récolter l’herbe et avoir une première couche de qualité. Mais plutôt que de travailler avec un chantier classique et d’avoir un cortège de remorques, on a fait venir un auto-entrepreneur qui a une autochargeuse. Elle est très bien adaptée à de l’herbe jeune et surtout cela limite le nombre de personnes sur le chantier. » 30 ha ont pu être ensilés. « On a fait environ 15 ha d’avoine, et sinon, c’était des prairies de brome dactyle avec du trèfle violet et de ray-grass anglais avec du trèfle banc. »

Intégralité du reportage  à lire dans Agri53, n° 214, du vendredi 10 avril 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53