Aller au contenu principal

Elections municipales : Mickaël Marquet, agriculteur et maire de Nuillé-sur-Vicoin

Mickaël Marquet est maire de la commune de Nuillé-sur-Vicoin depuis 2014 et élu au sein du conseil municipal depuis 2001. Faisant partie de Laval Agglo, la commune compte 1 270 habitants et 18 exploitations agricoles. Une commune rurale avec une population agricole très faible. Témoignage.

© Archives DR

Quelle population retrouve-t-on à Nuillé-sur-Vicoin ?

Mickaël Marquet : Les gens viennent chez nous pour deux raisons, soit pour habiter à la campagne. Des habitations en zone agricole, mais reculée du centre-bourg. Ils veulent être en prise directe avec la nature et des accès digne de ce nom. Et des gens qui financièrement ne peuvent pas acquérir en première couronne. Nous proposons des prix attractifs sur les lotissements, sur lesquels on ne fait pas de marge, mais on attire de la population pour pérenniser l'effectif des scolaires, maintenir nos services et nos commerces de proximité.

Vous sentez-vous remis en question sur votre métier d'agriculteur en tant que maire de votre commune ?

M.M. : Je ne suis pas directement questionné sur les pratiques agricoles. Les gens trouvent ça normal que les gens roulent des tracteurs, épandent du fumier. Quand les choses sont faites de manière responsable et intelligente, les choses se passent plutôt bien dans l'ensemble. Pour ce qui est des pesticides, des ZNT ou encore de la qualité de l'eau, les gens ne se tournent pas vraiment vers le maire pour ces choses-là. Les habitants se soucient plutôt de la restauration scolaire. Depuis 2015, nous avons embauché un cuistot ce qui nous permet de maîtriser nos approvisionnements en fruits en légumes et en viandes. On a beaucoup de retours positifs. Aujourd'hui le débat c'est sur le repas végétarien par semaine, certains parents sont offusqués de ça, on réfléchit sur ce sujet avec le cuistot.

Que pensez-vous de la mise en place de la Charte des riverains ?

M.M. : Je pense qu'il y a de la pédagogie à faire. S'il y a des ZNT c'est parce que l'agriculture a était fortement développer depuis l'après-guerre, il fallait être productiviste. Je suis prêt à passer en Bio si cela répond aux demandes sociétales. Mais aujourd'hui, ce que veut le citoyen c'est des produits très peu chers pour nourrir sa famille a peu cher. Il faut sensibiliser les gens sur la manière de consommer, s'ils ont l'impression que le Bio correspond mieux à leurs attentes, pourquoi pas, mais dans ce cas il faut y mettre le prix. Une étude est en cours sur les molécules que l'on retrouve dans les cheveux. Sur 11 molécules, seulement trois molécules sont en lien avec l'agriculture. Le reste c'est des détergents, des cosmétiques... Avant de remettre en cause l'agriculture, il faut commencer par remettre en cause les pratiques de consommation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
De nouveaux modes de logement en bâtiment pour vaches laitières
Le bien-être des animaux nécessite de respecter une alimentation adaptée, un logement confortable, des conditions d’élevage…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Un gain de 4 kg par VL et par jour
En mars, le Gaec de la Leudrie figurait parmi les étapes du Robot day’s de Seenovia. L’exploitation, à cheval entre la Mayenne et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53