Aller au contenu principal

Ecostop : simple, mais efficace

Manitou propose depuis début 2019 la fonction Ecostop, qui coupe automatiquement le moteur d’une machine lorsqu’elle n’est pas utilisée pendant un certain temps.

La fonction Ecostop est disponible sur la quasi-totalité de la gamme agricole MLT, en option.
La fonction Ecostop est disponible sur la quasi-totalité de la gamme agricole MLT, en option.
© Manitou

Leader mondial de la manutention tout-terrain, le groupe Manitou, basé à Ancenis (49), a participé à l’édition 2019 du Sima en février dernier. Sur son stand de 1000 m2, l’entreprise a mis en avant toute l’étendue de ses gammes de machines Manitou et Gehl, et de leurs accessoires, et dévoilé de nombreuses nouveautés.
L’une d’elles a bénéficié d’une mise en lumière particulière, puisqu’elle a été lauréate d’un Sima innovation award de bronze : la fonction Ecostop. Disponible sur la quasi-totalité de la gamme agricole MLT, en option, elle part d’une idée toute simple : couper le moteur lorsque l’appareil est à l’arrêt, moteur au ralenti.
Cette idée simple est cependant complexe à mettre au point : il faut en effet bien définir les paramètres régissant cette coupure du moteur pour éviter tout arrêt intempestif et dangereux. « La coupure se fait lorsque de nombreux critères sont réunis », décrit Franck Lethorey, responsable communication du groupe. Parmi ces critères, on trouve la levée du poids sur le siège, le serrage du frein à main, la température du moteur, ou encore l’absence de message d’erreur. Il faut aussi que la fonction reste souple et paramétrable : c’est pourquoi elle est facilement débrayable par un simple appui sur un « double switch button » et elle peut être réglée par l’opérateur pour s’activer comme il le souhaite : à partir d’une minute et jusqu’à 30 minutes d’inactivité.

Machines connectées, sources de données

L’option « est amortie relativement rapidement », assure Franck Lethorey. Les ingénieurs de Manitou disposent en effet de solides arguments pour étayer cette affirmation, grâce à une autre innovation : les machines connectées. Disponible auparavant sur certains modèles seulement, l’internet des objets (communément appelé « IoT » pour « Internet of things ») équipe désormais toutes les nouvelles machines de Manitou.
Une extraordinaire base de données est en train de se constituer sur l’utilisation, la consommation, l’usure, la maintenance des machines... Les chiffres récupérés ont permis de calculer et d’affiner le TCO (pour « Total cost of ownership » ou coût total de possession) 1 des machines agricoles. Il se compose de trois postes principaux : la consommation de carburant, la maintenance préventive et la dépréciation de la valeur de la machine. « Sur les chiffres récupérés sur un parc de 300 machines MLT, on estime à 2 € par heure le coût de carburant, à 2 € par heure celui de la maintenance et à 6 € par heure celui de la diminution de la valeur résiduelle », décrit le responsable communication.

Au ralenti jusqu’à un tiers du temps d’utilisation

Les données récoltées ont aussi mis en évidence que les machines agricoles sont au ralenti en moyenne entre 15 % et 30 % de leur temps d’utilisation : en agriculture, en effet, les opérateurs sont souvent amenés à descendre de leur machine pour ouvrir une barrière ou soulever une bâche, sans prendre le temps de couper leur moteur. Ainsi, pour une machine qui serait utilisée 1000 heures par an, mais « au ralenti » sur 15 % de son temps (estimation basse), l’économie totale générée par la fonction Ecostop serait de 15 % de son TCO de 10 000 €, soit 1500 € par an !

La fonction Ecostop coûtant 650 €, elle est donc très rapidement amortie. « Elle a obtenu un franc succès sur le Sima ». Les utilisateurs la jugent « simple » et « pouvant servir tous les jours ». Elle reste une option, car « Manitou n’a pas souhaité l’imposer. Mais il sera possible de l’ajouter aussi après achat », poursuit Franck Lethorey.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53