Aller au contenu principal

Des glaces artisanales mayennaises

Depuis plus de trois ans, le Gaec Linay-Pottier, installé au Bourgneuf-la-Forêt, s’est lancé dans la confection de glaces artisanales. Celles-ci sont fabriquées à partir du lait de leurs 55 vaches.

Jennifer Linay, l’une des quatre associés du Gaec Linay-Pottier.
Jennifer Linay, l’une des quatre associés du Gaec Linay-Pottier.
© LG

L’exploitation regroupe quatre associés répartis sur deux sites. L’un est dédié à l’élevage de poules pondeuses et de Blondes d’Aquitaine, l’autre à celui des vaches laitières et à la production des glaces.

Un lancement rapide

L’idée de fabriquer des glaces est venue « un peu par hasard » aux agriculteurs. « On voulait faire de la vente directe depuis un moment, mais jamais on n’aurait pensé à ça. On était plus parti pour faire de la viande. Un jour, on a reçu un mail du franchiseur Agri Glace. Il démarrait tout juste et cherchait des ateliers laitiers avec de la main-d’œuvre disponible », explique Jennifer Linay, l’une des quatre associées. Les éleveurs ont souhaité relever le défi. « On a rencontré Agri Glace en février 2017. Ils nous ont présenté et font goûter leurs produits. Ça nous a bien plus et on s’est dit : « pourquoi ne pas se lancer, ça change, c’est original... » On a été les premiers franchisés. » Les éleveurs ont acheté des recettes, une zone géographique et ont été formés pendant trois jours sur le laboratoire. « Quelques mois plus tard, en septembre, on a démarré la production. »

Favoriser les produits locaux

Dans leurs glaces, les exploitants tentent de privilégier au maximum les produits locaux. « Les glaces sont faites avec le lait de notre ferme. Pour les sorbets, on travaille au maximum avec des maraîchers du coin. » Même le chocolat est issu du circuit court. Les agriculteurs font appel à Equacacao, situé à Saint-Berthevin, qui est en lien direct avec les producteurs de cacao.

« Il reste tout de même des parfums pour lesquels c’est plus compliqué comme la mangue ou la coco... Mais ça me tient vraiment à cœur d’utiliser des produits français et d’avoir recours au circuit court. On est agriculteur et on aimerait que tout le monde fasse cela pour qu’on s’en sorte tous », affirme Jennifer Linay. Une transparence appréciée de leurs clients. « Au début, beaucoup nous demandaient d’où venaient nos produits. C’est important pour eux aussi d’avoir une traçabilité. »

Une gamme très diversifiée

Environ 80 parfums de glaces et sorbets sont disponibles. On y retrouve des classiques : chocolat, vanille, fraise, framboise... Mais aussi des goûts bien plus originaux : foie gras, roquefort, tomate basilic, poivrons... De quoi satisfaire tout le monde. Jennifer Linay et ses associés ne se contentent pas de produire des bacs, ils confectionnent aussi de nombreux desserts. « On fait des classiques comme des omelettes norvégiennes et des desserts personnalisés que je décore moi-même. » Pour les fêtes, différentes bûches glacées sont également proposées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Une 12 rangs à la Cuma de Montaudin
À Montaudin, répondant à la demande d'adhérents, la Cuma a investi dans une ensileuse 12 rangs pour la récolte 2021.
Des rendements exceptionnels
Les ensilages de maïs ont débuté en Mayenne, avec de très bonnes surprises à la clé.
Portage avec la Safer en Mayenne
« Sans la Safer, je ne sais pas où nous serions ! »
Helloïse et Benjamin Beuvain, 24 et 25 ans, se sont installés à Saint-Pierre-des-Landes, le 1er janvier 2021.…
Prix des terres en Pays de la Loire en 2020.
Le prix des terres et des prés agricoles
Tour d’horizon de l’évolution des prix des terres agricoles en Mayenne.
Bovins viande : rendre la contractualisation obligatoire
Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l’Élevage qu’au 1er janvier 2022, toute commercialisation…
Clément Le Fournis
Prix des engrais : pas de baisse d’ici le printemps 2022
Clément Le Fournis, co-fondateur de Agriconomie.com, donne son point de vue sur la forte hausse du prix des engrais. 
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53