Aller au contenu principal

Des colzas bien développés, mais des pivots souvent déficients

Nous avons réalisé des pesées de colza sur une dizaine de parcelles, ce qui permet de faire le point sur plusieurs aspects de la culture.

Pivot déficient (Saint-Aubin, le 23/11/2020). Le développement du pivot a été bloqué à 6-8 cm de profondeur et les racines se sont développées horizontalement.
Pivot déficient (Saint-Aubin, le 23/11/2020). Le développement du pivot a été bloqué à 6-8 cm de profondeur et les racines se sont développées horizontalement.
© CA53

o Peuplements réguliers et poids élevés. La majorité des parcelles a été semée vers les 15-20 août. Une bonne partie du département a été correctement arrosée sur la 2e décade d'août et les peuplements sont en général très réguliers, sans trous dans les parcelles. Il y a quand même des zones qui ont reçu très peu de pluie et où les levées ont été plus difficiles. Le poids, en moyenne sur 10 parcelles, est de 2,2 kg/m² (de 1,3 à 3,6 kg/m²). C'est plus que l'année dernière (1,1 kg/m²) et plus que la moyenne sur 12 ans (1,6 kg/m²).De gros colzas sont moins sensibles aux ravageurs (larves d'altises, méligèthes...). Par contre, il n'y a guère de liaison entre le poids entrée hiver et le rendement final. On peut faire un bon rendement avec des colzas de moins de 1 kg/m². La pesée sert d'abord à estimer l'azote absorbé, ce qui est utile pour calculer la fertilisation azotée (plus un colza a absorbé d'azote, moins on a besoin de lui en apporter sous forme d'engrais au printemps). En moyenne, 1 kg/m² correspond à une absorption de 50 N/ha donc, sur les parcelles observées, les colzas ont absorbé en moyenne 110 N/ha (de 65 à 180 N/ha).

o Peu d'élongations, parfois des larves d'altises. Malgré les poids importants, il y a peu d'élongations (certaines parcelles ont reçu un régulateur, beaucoup d'autres n'en ont pas reçu, ce qui ne pose pas de problème si la densité est modérée et la variété peu sensible à l'élongation). Sur toutes les parcelles, il y a des larves de grosses altises. Souvent, la population larvaire est faible (quelques larves par plante ou moins), mais sur quelques parcelles elle est importante (par exemple plus de 10 larves/plante). Cela dit, pour l'instant, les larves sont peu développées (1-2 mm, alors que d'autres années elles font déjà 4-5 mm à la même période). D'autre part, de gros colzas résistent mieux. Les situations où il est nécessaire d'intervenir sont donc peu nombreuses.

o Des pivots souvent déficients. Dans certains suivis de Terres Inovia, l'état du pivot était un des facteurs les plus explicatifs des mauvais rendements. Un pivot mal développé fragilise la plante qui devient par exemple plus sensible aux attaques de ravageurs, au manque d'eau en fin de cycle, etc. S'il y a beaucoup de pieds fourchus, mal développés, c'est le signe d'un problème de structure (semelle superficielle par exemple). Cette année, sur les parcelles observées, les pivots sont souvent déficients (par exemple, ils fourchent à 6-8 cm de profondeur). Comme la préparation du sol s'est faite en conditions sèches, souvent il n'y a pas eu de travail profond et donc, souvent, le pivot a eu des difficultés à descendre au-dessous de la préparation superficielle. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Manifestation agricole : pneus et haies à Laval

L’action « Blocage des services de l’État », mardi 30 et mercredi 31 janvier 2024, par la FDSEA et les JA de la…

En porc bio aussi, on marche sur la tête

Lors d’un traditionnel « petit-déjeuner parlementaire », les sénateurs et députés mayennais ont été témoins d’une aberration…

Romain Herbaudeau (à gauche), salarié au Gaec Duchemin à Chantrigné, et Lionel Leudière, animateur des ventes chez Ekip'Élevage, aux côtés des trois modèles existants de la gamme Zosh qui sont tous personnalisables et tous « made in France ». En effet, les Zosh sont entièrement fabriquées dans la Sarthe. Il faut compter environ 4 000 euros pour se procurer cet engin.
Ils sont passés chez Zosh

Des agriculteurs mayennais ont fait le choix d’investir dans une trottinette électrique de la marque Zosh pour leurs tâches…

Les participants de la table ronde (de gauche à droite) : Franck Yvert, Samuel Moy, Christophe Barayré, Franck Poché et Michel Gaudin.
AG de APLBL Craon-Fougerolles : la considération, pas facile à partager…

C’est sur le thème de la considération que s’est tenue la table ronde de l’assemblée générale de l’APLBL Craon-Fougerolles,…

François Blot, président des JA 53: « Je ne regrette rien et je pars heureux ! »

Jeudi 29 février, ce sera la dernière assemblée générale des Jeunes Agriculteurs de la Mayenne pour François Blot en tant que…

Producteur pour Norea : « On ramasse 17 000 œufs en 1 heure »

Producteur d’œufs à Montenay, le Gaec des Oliviers et ses 18 000 poules rousses produisent 17 000 œufs par jour. Une…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 103€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53