Aller au contenu principal

Coronavirus. La Chambre a fermé, mais l'activité perdure

La Chambre d'agriculture de la Mayenne a décidé de fermer ses portes au public. L'activité des différents services est cependant autant que possible maintenue.

Thierry Lanau, directeur de la Chambre d'agriculture de la Mayenne.
Thierry Lanau, directeur de la Chambre d'agriculture de la Mayenne.
© LG

Face aux directives gouvernementales, la chambre d'agriculture de la Mayenne a décidé de fermer ses portes au public jusqu'à nouvel ordre. « On a pris cette décision dès lundi en consultation avec les organismes locataires (Fdsea, JA, FdCuma, Syndicat de la Propriété, Mfr 53, Service de Remplacement, Elroc 53) pour réduire la circulation du virus », indique Thierry Lanau, directeur de la chambre d'agriculture. Une permanence sur site sera assurée. En cas d'urgence, si un visiteur se présente, il devra contacter par téléphone l'organisme qu'il souhaite voir et dont le numéro sera affiché à l'entrée du bâtiment. «L'organisme en question décidera de son entrée ou non en fonction du degré d'urgence. Cela est sous réserve de dispositions nationales encore plus restrictives. » Au sein de la Maison des Agriculteurs, les services s'organisent pour continuer d'assurer au mieux les activités. « Chacun devrait avoir une permanence physique à la chambre. Pour le travail pouvant être fait à distance, les salariés pourront exercer en télétravail. Le conseil individuel peut continuer, mais de manière dématérialisée. »

Assurer le suivi des installations

La Chambre a dû suspendre les formations et les stages préparatoires à l'installation. Elles seront reportées dès que possible. Concernant l'installation, les dossiers seront toujours traités. « Le point que l'on a fait montre que jusqu'au mois de mai, même pour les installations urgentes, il ne devrait pas y avoir de difficultés. » La Commission départementale d'orientation de l'agriculture (Cdoa) qui donne notamment des avis sur les installations est cependant suspendue par l'administration. « On essaie de voir si les consultations des dossiers ne pourraient tout de même pas se faire par des moyens dématérialisés. »

Poursuivre l'identification animale

Une rotation de permanence de trois ou quatre personnes va également être organisée pour poursuivre l'identification animale. « Nous allons assurer l'édition des passeports, la saisie des commandes de boucles, les saisies des demandes de modifications de circulations... Tout le travail quotidien », indique Christelle Hucher, responsable du service « Identification » à la Chambre d'agriculture de la Mayenne. Tant que le service de la poste fonctionne, l'identification animale devrait se poursuivre sans trop de difficultés. « En revanche, si nous arrêtons de recevoir certains documents, nous ne serons plus en capacité de tout traiter. » Encore une fois, en cas de mesures plus restrictives de la part du gouvernement, l'organisation de l'activité pourrait être modifiée.

Rester vigilants à la vie agricole

« La Chambre et les organisations professionnelles sont aussi vigilantes par rapport à la situation agricole. Il est important que les services de collecte de lait, d'entrées et de sorties des animaux des élevages puissent continuer puisque c'est lié à la chaîne alimentaire », affirme le directeur de la Chambre d'agriculture. Comme toutes entreprises, les exploitations agricoles pourront être confrontées à des problèmes liés à l'épidémie. Une baisse d'activité peut être envisagée, mais « il ne faut pas non plus faire du catastrophisme », rappelle Thierry Lanau. À noter que pour les Certiphytos, les personnes dont le certificat arrivait à échéance et qui ne pourront pas suivre les formations dans l'immédiat en raison des mesures gouvernementales bénéficieront d'un temps en plus pour faire leur renouvellement (plus de détails sur agri53.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53