Aller au contenu principal

Conjoncture : « On a connu pire »

Martin Guesdon s'est installé en vache allaitante en mars 2020 sur l'exploitation de ses parents située à Parné-sur-Roc. Malgré une conjoncture difficile, le jeune homme est plutôt optimiste. Il croit en son système et en l'avenir de sa production.

© LG

En mars 2020, Martin Guesdon, 24 ans a rejoint l'exploitation de ses parents à Parné-sur-Roc. « Nous sommes dans un système naisseur en race limousine. Nous n'engraissons que quelques génisses. Nous avons également des poules pondeuses en label rouge de Loué et 60 ha de cultures de ventes », indique le jeune homme.

Martin Guesdon a commencé sa carrière professionnelle en tant que salarié. « J'ai travaillé en production laitière, avicole, fais un peu d'intérim... Je voulais avoir un peu plus d'expérience et voir autre chose. Et puis je devais attendre les opportunités d'agrandissement. » Pour que le jeune agriculteur puisse rejoindre ses parents, l'exploitation devait obligatoirement se développer. « Je me suis installé avec 53 ha : 35 ha de cultures de vente et le reste en prairies. Nous avons aussi augmenté le cheptel allaitant. Nous sommes passés de 55 vêlages à 80. Le poulailler, déjà présent, permettait de rémunérer une personne et demie. »

Trouver un système rémunérateur

Face à une conjoncture difficile, Martin Guesdon et ses parents ont dû trouver des solutions pour s'assurer un système équilibré et rémunérateur. Les agriculteurs ont par exemple fait le choix d'avoir deux périodes de vêlage. « Nous en avons une à l'automne et une au printemps. Cela nous permet d'étaler notre travail et d'avoir deux rentrées d'argent sur l'année plutôt qu'une seule. » Les éleveurs valorisent autant que possible leurs génisses. Avant les premiers vêlages, un premier tri a lieu. « On en met entre 8 et 10 à la reproduction. » Puis un second à 27 mois. « De nouveau, on en sélectionne environ 8. Le reste part à la boucherie à 36 mois et nous essayons de les valoriser en blason prestige. On fait ça parce que sinon à 7 ou 8 mois, elles ne valent pas grand-chose. On préfère les faire vieillir et les engraisser. » Les broutards quant à eux sont vendus à 7 ou 8 mois. « On a plutôt une bonne valorisation de nos veaux. C'est d'ailleurs en partie pour cela qu'on n'a pas voulu engraisser. En plus de cela, il aurait fallu construire un bâtiment et nos terres ne nous le permettent pas vraiment. »

Martin Guesdon et ses parents développent également leur autonomie alimentaire. « On l'est totalement en fourrage et presque en concentré. On ensile ou on moissonne le méteil pour l'aplatir et en faire un complément l'hiver. Nous améliorons notre marge allaitante et on est moins dépendants du prix des aliments. C'est aussi pour cela qu'on a un chargement faible. On ne peut pas faire plus sinon on devrait acheter à l'extérieur. » Enfin, les cultures de ventes et l'atelier de poules pondeuses permettent de compléter leurs revenus. « On a un bon potentiel en céréales d'hiver et les poules pondeuses sont un très bon compromis avec les allaitantes. Elles amènent de la trésorerie alors que les bovins en demandent beaucoup. »

Optimisme

Martin Guesdon l'admet : à l'heure actuelle, la viande bovine connaît des temps difficiles. « Sans mes parents, je n'aurais pas pu m'installer dans cette production. Aujourd'hui, il n'y a plus aucun jeune qui peut le faire en allaitante pure, car les banques ne prêtent plus et le système est lent. Moi je suis passionné par la viande, j'ai eu la chance de pouvoir rejoindre mes parents, mais heureusement tout de même qu'on a de la culture et des volailles en complément. »

Pour autant, le jeune homme souhaite rester optimiste. « On a connu pire. Les broutards se vendent bien : environ 900 EUR pour des animaux de 350 kg à 7/8 mois. Pour les vaches, c'est un peu moins bon, mais on n'est pas au plus bas de ce qu'on a pu connaître. » Le jeune agriculteur en est persuadé, la viande française trouvera des débouchés : « Il y aura toujours des gens qui aimeront la viande de qualité et en ce moment nous repartons sur de bonnes bases de manger français et local ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

Prix du lait : redonner envie aux producteurs
La collecte cumulée des grands bassins laitiers exportateurs est en croissance pour le 16e mois consécutif. La hausse…
Julien Denormandie, ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture : « Les NBT, ce ne sont pas des OGM »
Dans un entretien accordé à Agra presse, Les Marchés et Réussir.fr, le ministre de l’Agriculture prend position en faveur d’un…
Ega : loin de la souveraineté alimentaire
Une nouvelle fois, les agriculteurs de la Fdsea de la Mayenne se sont en rendus dans une grande surface lavalloise, mercredi 20…
Jean-Baptiste Vallée, directeur du développement pour les ressources humaines du Groupe Lactalis.
Le Groupe Lactalis va former 150 jeunes chaque année
Le Groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son Centre de formation va ouvrir cette année, à Laval. 150 jeunes y seraient…
Les nappes ne manquent pas d’eau
Le service géologique régional du Brgm, qui gère depuis 2003 le réseau de suivi piézométrique patrimonial du département de la…
Faut-il faire des analyses de reliquats cette année ?

Sur la période du 1er septembre au 10 janvier, avec 322 mm, nous sommes exactement au niveau de la moyenne sur 30…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53