Aller au contenu principal

Comprendre l'évolution du marché de la viande bovine

Vendredi 28 février, Elroc 53 organisait son assemblée générale. La journée était placée sous le thème de l'évolution du marché de la viande bovine. Pour l'occasion, l'association avait invité Fabien Cornen, directeur du service achat vif de la Sva.

Fabien Cornen, directeur du service achat vif à la Sva.
Fabien Cornen, directeur du service achat vif à la Sva.
© LG

Baisse du nombre d'agriculteurs, diminution des prix de 2 %, décapitalisation des cheptels... Les
chiffres donnés par Elroc 53 lors de son assemblée générale du 28 février 2020 traduisent une tendance particulièrement difficile pour les éleveurs bovins. Afin de mieux comprendre comment évolue ce marché, l'association a invité Fabien Cornen, directeur du service achat vif à Sva.

Déconsommation

« Le premier sujet à prendre en compte, c'est la déconsommation, indique Fabien Cornen. Le nombre de kilos de viande consommée par an et par habitant ne fait que décroître. On est passé en dessous des 20 kg en 2017 et cette tendance se confirme entre 2018 et 2019. » En 2019, la SVA a enregistré une régression en boeuf de -3,5 % d'abattage, de -3 % en commerce, dont -5 % sur le marché historique d'Intermarché. « Cette érosion de la consommation se fait surtout sur les exportations. Les viandes françaises sont plutôt stables. » Une tendance en partie liée aux préjugés qui pèsent de plus en plus sur l'agriculture : « l'exploitation pollue et la viande donne le cancer, soi-disant ».

57 % de viandes transformées

Aujourd'hui, la grande et moyenne distribution (Gms) est le secteur qui absorbe le plus la viande bovine. Elle représente à elle seule 60 % du marché. « C'est stable depuis 2014, ce qui a changé, c'est qu'il y a moins d'importation. »
Parmi les produits élaborés phares, on retrouve l'incontournable steak haché. D'après une étude de l'Institut de l'élevage, les volumes de cet aliment n'ont cessé de croître, du moins jusqu'en 2017. « Cependant, sur 2018/2019, ils commencent à être en baisse et les prix en hausse.» La loi Egalim est passée par là avec un maximum de décrochage tarifaire limité à 34 %. Forcément, cela engendre une baisse des quantités. Le steak haché a repris de la valeur...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri53.

Les plus lus

De l’eau en quantité et de qualité
À 32 ans, Damien Bellanger vient de s’installer en Eurl à Saint-Charles-la-Forêt. Il intervient dans les domaines du pompage, du…
Limiter la pénibilité du travail par la robotisation
Au Gaec des Baronnières à Nuillé-sur-Vicoin, les exploitants ont fait le choix d’investir dans la robotisation pour l’atelier…
Chiffres records pour Bel, mais prix à la baisse pour les éleveurs
L’assemblée générale de l’organisation de producteurs APBO, livrant chez Bel, s’est tenue la semaine dernière. La baisse du prix…
De l’importance du suivi de chantier
Fabien Jegu s’est installé en Gaec, à Cuillé, en mars 2015. Avec son associé, Marcel Pannetier, ils ont dû adapter leur nouveau…
La filière allaitante inquiète pour son avenir
Alors que le ministère de l’Agriculture a dévoilé de premières réflexions sur l’architecture de la future réforme de la Pac, qui…
Une première démonstration de force
Jeudi 25 mars, devant la préfecture de la Mayenne, à Laval, près de 200 agriculteurs sont venus montrer leur détermination…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri53
Consultez le journal Agri53 au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal Agri53